opinion

L’Etat islamique, cette industrie du crime

Ce sont plus que jamais les transactions financières qu’il s’agit de traquer. La destruction de la tumeur est à ce prix. Les circuits financiers qui alimentent la pieuvre sont connus. Les banques qui travaillent avec l’argent du crime le sont aussi

C’est incontestablement plus un état d’esprit crapuleux et mercantile qui motive les activités de l’Etat islamique (EI) qu’une quelconque doctrine religieuse. Ce n’est pas seulement les consciences qu’il s’agit de mobiliser pour vaincre ce cancer mais les réseaux et les relais financiers qu’il faut neutraliser. Circonscrire les flux sanguins qui alimentent la tumeur.

Comme pour toute organisation criminelle, le terrorisme vit de la terreur et d’un climat de non droit. C’est pareil pour les structures mafieuses. Les crimes de droits communs tels que le racket, l’extorsion, l’enlèvement, la contrebande, le vol ou encore l’assassinat sont justifiés par les bandits. Ils en vivent. Pour cela, ils inventent une cause. Un but imaginaire est nécessaire pour soutenir la mécanique. Une «Cosa nostra» ou encore une lutte de libération. Toutefois, la motivation reste toujours la même… l’appât du gain. L’argent et le pouvoir sont leurs religions.

Le modèle économique de l’IS

Les individus qui commandent Daech sont autant des repris de justice, d’anciens officiers déchus de Saddam Hussein que d’autres malfaiteurs rencontrés en prison. Animés par l’appât de l’argent facile et par le pouvoir, on sait leurs jours déjà comptés. Plus l’étau se resserrera sur la ville de Racca – ville syrienne et fief des criminels, plus la terreur qu’ils exporteront en Occident risque d’être d’une brutalité inouïe. Il faut faire vite. Une fois de plus, ce sont les flux financiers qu’il s’agit de surveiller. Les bandits ont déjà prévu un plan «B», voire même un plan «C». Ils savent qu’ils devront se déloger, pour ne pas être pris ou tués. Aussi, l’argent se doit d’être en lieu sûr. Il y a moins d’un siècle, le célèbre gangster de Chicago aux Etats-Unis Al Capone se fit finalement coincer par l’entremise de son comptable. Pour l’EI, ce sera pareil. Son talon d’Achille est l’argent. Sans le nerf de la guerre, il ne peut rien faire. En attendant, ses commanditaires ont mis sur pied une véritable multinationale du crime. Ils en vivent confortablement. Tout un petit monde en tire aussi profit.

D’Ankara à Ryad en passant par Londres et Karachi, des hommes d’affaires prospèrent. Ils occupent de belles villas et sont invités aux événements mondains. Le pétrole irakien volé par l’EI est revendu entre 12 et 18 dollars le baril contre 48 sur le marché légal à des tribus sunnites locales et directement aux Turcs et aux Jordaniens. Le racket – appelé aussi l’impôt révolutionnaire – représente lui aussi une source de revenus considérable. Les enlèvements contre demande de rançons constituent un pactole. Les personnalités à séquestrer sont sans cesse scrutées, tels que les cadres d’entreprises étrangères, commerçants ou membres de grandes familles. Dans la région occupée par le crime organisé, on taxe également le coton comme les devises.

Lire aussi: Etat islamique, une histoire violente

Lors de la prise de la grande ville irakienne Mossoul, c’est pour plus d’un milliard de dollars de véhicules et d’équipements militaires de pointe qui sont tombés dans les mains des bandits. L’État islamique – autoproclamé, dramatiquement et médiatisé à grands regrets par nous Occidentaux – est également un employeur. Ses snipers d’origine tchétchène sont salariés quelques 7000 dollars par mois. Des artificiers comme d’anciens militaires travaillent pour la terreur. Une autre source de financement, révélée récemment par le procureur italien anti-terroriste Franco Roberti n’est autre que le trafic des migrants. Le contrôle des territoires de deux pays de provenance des migrants tels que l’Irak et la Syrie, ainsi que des régions de transit comme en trouve en Libye favorisent indéniablement cet autre business.

L’influence de l’Arabie Saoudite et du Qatar

D’autre part, la protection ou plutôt la non agression de la part l’organisation est soudoyée très généreusement par d’influents Saoudiens et Qataris. Ces derniers qui font affaires tout azimuts sous nos latitudes, semblent vouloir se racheter. Ils financent, via la quête, les plus rigoristes et les plus totalitaires de leur religion. Les relations commerciales étroites des émirs et autres princes avec les carnets d’adresses occidentaux ne peuvent se faire qu’en achetant la bienveillance des radicaux de l’EI. Les circuits financiers qui alimentent la pieuvre sont ainsi connus. Les banques qui travaillent avec l’argent du crime le sont aussi.

Il est illusoire de vouloir vaincre la criminalité de Deach avec des bombardements de haute technologie. Nous ne faisons qu’enrichir l’industrie de l’armement, autre bénéficiaire du jeu de rôles qui se jouent au Moyen-Orient. On l’a fait depuis les attentats du 11 septembre 2001 en Afghanistan, en Irak, en Libye puis en Syrie et pour quel résultat? Ce sont plus que jamais les transactions financières qu’il s’agit de traquer. La destruction de la tumeur est à ce prix. Il n’y a rien de nouveau sous le soleil. Peut-être enfin une esquisse de réelle volonté politique. Reste à voir en pratique. Les enjeux financiers primant sur les idéaux.

Lire aussi:  Dans le Daily Beast, l'incroyable récit d'un ancien maître espion de l'Etat islamique

Publicité