Politique monétaire

Mario Draghi satisfait les marchés en promettant de nouvelles actions

Le président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi a satisfait les marchés jeudi en promettant de nouvelles actions de politique monétaire, peut-être dès mars, dans sa lutte acharnée pour faire repartir l'inflation

La Banque centrale européenne (BCE), fermement déterminée à «ne pas capituler» dans sa lutte pour faire repartir l'inflation, va "réévaluer sa politique monétaire" en mars, a déclaré jeudi son président Mario Draghi, faisant miroiter de nouvelles largesses. 

Ce réexamen sera «nécessaire» au vu des «risques» qui se sont aggravés pour l'économie de la zone euro et notamment l'évolution des prix ces dernières semaines, a dit Mario Draghi lors de sa conférence de presse à Francfort (ouest). 

La perspective de nouvelles mesures de soutien a immédiatement fait bondir les Bourses européennes, l'indice Dax de la Bourse de Francfort grimpant de bien plus de 2% avant de redescendre. Vers 14H30 GMT, il progressait encore de 1,38%. 

La BCE «ne capitule pas», et a «le pouvoir, la volonté et la détermination d'agir» pour remplir son mandat, à savoir ramener l'inflation en zone euro, atone sur fond de baisse des prix du pétrole, au niveau qu'elle souhaite, a martelé l'Italien. La BCE a un objectif d'inflation d'un peu moins de 2%, pour le moment la hausse des prix pointe à 0,2%. 

La BCE avait musclé son action, déjà conséquente, en décembre dernier, mais depuis «les conditions ont changé», a reconnu Mario Draghi, et «la crédibilité de la BCE serait endommagée si elle n'était pas capable de revoir sa politique» pour l'adapter à des conditions qui évoluent.   

En n'annonçant rien de concret encore - les taux directeurs restent inchangés, le taux central à son plus bas historique de 0,05% - mais en ouvrant grand la porte à une nouvelle action dans six semaines, M. Draghi se conforme aux attentes des analystes qui anticipaient un message fort et rassurant, mais pas de nouvelle action dès ce mois-ci. 

Statu quo

Le conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) a décidé jeudi le maintien des taux d'intérêt directeurs en zone euro à leur niveau. Le taux central, baromètre du crédit en zone euro, reste ainsi à 0,05%, le niveau où il stationne depuis septembre 2014. Le taux de dépôt est toujours -0,3%, le niveau auquel il a été abaissé en décembre, et le taux de prêt marginal est maintenu à 0,3%. Aucun analyste n'attendait de mouvement sur les taux ce mois-ci.

Les taux très bas sont un élément de l'arsenal déployé par la BCE pour faire repartir les prix en zone euro. Elle espère qu'en abaissant le coût du crédit pour les entreprises et les ménages et en pénalisant au moyen d'un taux de dépôt négatif les banques qui stockent de l'argent auprès d'elle, elle va contribuer à faire circuler les liquidités dans le système économique et revigorer l'activité et les prix. 

Lire aussi: Beaucoup d’espoir repose sur la BCE

L'euro repartait à la baisse face au dollar jeudi, lesté par des propos du président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi qui ont laissé entrevoir une extension prochaine des mesures de soutien monétaire de l'institution.

Vers 14H10 GMT (15H10 à Paris), l'euro valait 1,0807 dollar contre 1,0890 dollar mercredi vers 22H00 GMT. La monnaie unique est tombée vers 13H55 GMT jeudi à 1,0778 dollar, son niveau le plus faible en deux semaines.

Lire également: Mario Draghi jure que sa stratégie fonctionne

Publicité