Placements

Les outils de «do-it-yourself» se multiplient dans la finance

Les solutions permettant aux clients de simuler un portefeuille ou de comparer le profil risque-rendement de leurs placements se démocratisent

Créer soi-même un portefeuille de titres, simuler différentes stratégies d’allocation d’actifs ou évaluer le niveau de risque de ses placements devient peu à peu à la portée de tous. Différents outils en ligne, en général gratuits, permettent aux clients d’évaluer leur stratégie de placement. Exemple récent de cette tendance, UBS a lancé en décembre une plateforme intitulée «My House View».

Ce site interactif, en anglais, permet à l’utilisateur de comparer son portefeuille à la stratégie recommandée par la banque. En pratique, il doit entrer dans le système des indications concernant la répartition des actifs qu’il détient (liquidités, actions, obligations, matières premières, etc.) et sélectionner, ajuster son profil risque-rendement. Ensuite, le site compare l’allocation d’actifs de l’utilisateur à celle recommandée par UBS. Le même exercice peut être répété ensuite au sein de chaque catégorie d’actifs: si un individu a placé 25% de son portefeuille uniquement en titres suisses, le système lui conseille d’investir une partie de ses papiers-valeurs aussi dans la zone euro ou aux Etats-Unis.

«Cet outil mesure l’écart entre l’allocation d’actifs de l’utilisateur et celle recommandée par UBS», résume Daniel Kalt, chef économiste d’UBS. Autre fonction proposée: la plateforme sélectionne aussi les articles publiés par la recherche d’UBS qui ont un rapport avec le portefeuille de l’utilisateur. «Nous ne voulons pas surcharger les investisseurs avec trop d’informations mais les rendre attentifs à celles susceptibles de les intéresser en fonction de leurs placements», poursuit-il. Dans le but de les inciter à acheter certains produits ou fonds? «En aucun cas. Le système ne propose aux clients aucun produit ou fonds à l’achat», souligne Daniel Kalt. A ce stade, «My House View» reste avant tout une «expérience», selon le chef économiste. «Il y a beaucoup de clics, mais nous ne savons pas exactement qui sont les utilisateurs et s’ils effectuent l’ensemble du processus proposé», ajoute-t-il.

Autres outils de comparaison

VermögensZentrum (VZ) propose sur son site plusieurs outils de comparaison ou de calcul dans divers domaines, allant des hypothèques aux questions d’héritage. L’offre comprend désormais aussi des outils relatifs à la gestion de fortune.

Performance Corner s’adresse spécifiquement aux utilisateurs qui cherchent à comparer la performance des placements gérés par leur banque à celle réalisée par d’autres acteurs. Ce service de comparaison, gratuit et ouvert à tous, collecte le plus grand nombre de données qui lui sont fournies afin de disposer d’un échantillon le plus complet possible. Elaboré par la société vaudoise IBO spécialisée dans la supervision, le service est ouvert à tous les utilisateurs qui ont un portefeuille auprès d’une banque, sans qu’un montant minimum ne soit requis. Le site ne permet toutefois pas de constituer soi-même un portefeuille, ni d’investir réellement ensuite.

Publicité