Europe

Trafic de cigarettes: le Parlement européen inflige un revers à Philip Morris

Le Parlement européen demande de mettre en place un système indépendant de traçabilité en Europe. L’entreprise lausannoise Sicpa est bien placée

Le Parlement européen a demandé mercredi à la Commission de ne pas renouveler un accord de collaboration avec Philip Morris, qui porte sur la lutte contre la contrebande. Les eurodéputés ont exprimé des doutes sur son efficacité. Car, selon eux, le trafic des cigarettes est en hausse, causant des pertes annuelles, en termes de droit de douane, de TVA et d’accises, à 10 milliards d’euros par an aux Etats. Dès lors, ils préfèrent que l’Union mette en place un système indépendant de traçage pour détecter les produits illicites dans le commerce.

Lire aussi: Bras de fer entre Sicpa et les multinationales du tabac

Sicpa en position de favori

L’accord avec Philip Morris arrive à échéance en juillet prochain. Bruxelles a déjà entrepris quelques démarches en vue d’attribuer le mandat de vérification à une entreprise spécialisée. Sise à Lausanne, Sicpa, l’un des grands fournisseurs mondiaux d’encre de haute qualité utilisée dans l’impression de billets de banques et timbres-poste ainsi que leader mondial en matière de sécurité et d’authentification «track & trace» de produits divers, est donné favori pour remporter le contrat. Les multinationales du tabac font grise mine et leurs lobbyistes à Bruxelles font comprendre qu’ils sont mieux équipés pour lutter contre le trafic.

De possibles conflits d'intérêts

Les députés européens veulent aussi mettre fin à cet accord selon lequel Philip Morris verse 1,25 milliard d’euros sur douze ans, dont 90% sont attribués aux Etats et 10% au budget communautaire. Les trois autres multinationales (Japan Tobacco, Imperial Tobacco et British American Tobacco) ont déjà versé ensemble un milliard en une seule fois. L’Office européen de lutte antifraude (OLAF) s’est déjà dit préoccupé par ces paiements de l’industrie du tabac. Cette situation, pourrait donner, selon lui, à des conflits d’intérêts.

Publicité