Médias

Le dernier numéro papier du quotidien anglais The Independant

Créé en 1986, passé de 420 000 à 40 000 exemplaires vendus par jour, le journal de centre gauche mise sur le 100% numérique

Le quotidien britannique The Independent, dont les ventes sont en chute libre depuis quelques années, paraît ce samedi pour la dernière fois en version papier, misant sur le 100% numérique pour affronter la crise de la presse.

Pour cette ultime Une, le quotidien a choisi une sobre page blanche avec, en son centre, écrit en rouge, «Stop Press» au-dessus des dates de naissance et de mort de cette version papier: 1986-2016.

Cette première page laisse ensuite place à une Une traditionnelle qui traite de l'opération anti-terroriste à Bruxelles. Elle révèle aussi une information exclusive sur des poursuites judiciaires en cours contre un dissident saoudien résident au Royaume-Uni poursuivi pour sa participation supposée à un complot déjoué, orchestré par les autorités libyennes, en vue de tuer l'ancien roi saoudien Abdallah.

Tambourinage sur les tables

Après avoir envoyé pour la dernière fois vendredi soir leur journal à l'impression, des employés du quotidien ont posté des images sur les réseaux sociaux montrant les équipes en train de tambouriner sur les tables, une tradition pour saluer le départ d'un collègue.

Dans son dernier éditorial, The Independent affirme qu'on se souviendra de sa «transition audacieuse» vers le 100% numérique comme d'un «exemple à suivre pour d'autres journaux dans le monde».

«Aujourd'hui, les rotatives se sont arrêtées, l'encre est sèche et bientôt le papier ne se froissera plus», poursuit-il. «Mais tandis qu'un chapitre se referme, un autre s'ouvre, et l'esprit de The Independent continuera de s'épanouir.»

Le propriétaire du journal, le Britannique d'origine russe Evgeny Lebedev, qui avait annoncé le mois dernier la fin de l'édition papier du quotidien, écrivait alors que le journalisme s'était «complètement transformé» et que The Independent devait «se transformer lui aussi».

Né en octobre 1986, il est le quotidien national le moins distribué au Royaume-Uni, loin derrière des tabloïds comme le Sun ou le Daily Mail et des généralistes comme The Times, The Guardian ou The Daily Telegraph.

A son apogée, en 1989, le quotidien de centre gauche, célèbre pour ses unes engagées et la place importante accordée à la photo, écoulait plus de 420.000 exemplaires par jour quand il n'arrive plus à en vendre que 40.000 aujourd'hui.

Publicité