Italie

Des migrants musulmans inculpés en Sicile pour le meurtre de 12 réfugiés chrétiens

Quinze immigrés d’origine africaine et de confession musulmane ont été arrêtés jeudi à leur arrivée en Sicile pour avoir, selon des témoins, jeté par-dessus bord douze réfugiés chrétiens après une dispute sur le bateau les transportant en Méditerranée, a annoncé la police de Palerme

Les quinze hommes, de nationalité ivoirienne, malienne et sénégalaise, étaient arrivés mercredi dans le port sicilien à bord du navire Ellensborg qui les avait recueillis. Ils ont été inculpés jeudi d’»homicide multiple, aggravé par la haine religieuse».

Le drame est survenu dans le détroit de Sicile. Selon les témoignages fournis à la police par une dizaine de réfugiés nigérians et ghanéens qui se trouvaient à bord de l’embarcation, une dispute a éclaté pour des raisons religieuses.

Les survivants ont expliqué être partis mardi des côtes libyennes sur un canot pneumatique qui transportait au total une centaine de passagers à bord.

«Au cours de la traversée, les Nigérians et les Ghanéens, en minorité, auraient été menacés d’être jetés à l’eau par une quinzaine de passagers», a rapporté le communiqué de la police.

Le motif de la colère des agresseurs, a-t-il précisé, «serait la profession de la foi chrétienne par les victimes, au contraire de la foi musulmane professée par les agresseurs. Les menaces se seraient ensuite concrétisées et douze personnes, toutes nigérianes et ghanéennes, auraient succombé dans les eaux de la Méditerranée».

«Les survivants auraient survécu en s’opposant par la force à la tentative de noyade, formant dans certains cas une véritable chaîne humaine», a indiqué le communiqué qui fait état de «détails épouvantables» donnés par des «témoins en larmes».

Selon des sources judiciaires citées par les médias, ces «témoignages cohérents» ont permis de reconstituer les faits. Certaines photos auraient été prises à bord.

D’autres responsables pourraient être identifiés. La police a remis un rapport au parquet de Palerme qui a 48 heures pour confirmer les arrestations.

Des arrestations pour ce motif sont inédites en Italie. Des passeurs ont été arrêtés dans le passé pour avoir maltraité des immigrés ou les avoir laissés mourir sur des bateaux, mais pas en raison de «haine religieuse».

Publicité