Moyen-Orient

Au Yémen, une sale guerre

L’ONU s’alarme de l’utilisation de bombes à sous-munitions au Yémen. Et pointe la coalition arabe menée par l’Arabie saoudite

La sale guerre yéménite ne connaît aucun répit. Et n’est pas la rupture entre l’Arabie saoudite et l’Iran, qui s’affrontent indirectement dans le pays le plus pauvre de la péninsule arabique, qui va améliorer les chances du processus de paix laborieusement entamé en Suisse. De nouveaux pourparlers sont d’ailleurs prévus dès le 14 janvier.

Mais, sur le terrain, tous les coups sont permis. Mardi, trois hauts responsables gouvernementaux ont échappé à un attentat à la voiture piégée à Aden, dans le sud du pays. Au même moment, l’ONU accusait la coalition arabe, qui est intervenue en mars dernier contre les rebelles houthistes proches de l’Iran, d’utiliser des bombes à sous-munitions.

Ces obus, qui laissent échapper des dizaines de sous-projectiles, sont l’exact opposé des armes de précision. Il arrive souvent que ces engins n’explosent pas au sol, faisant peser une menace mortelle sur la population après la fin des conflits.

Lire aussi: «Des bombes à sous-munitions auraient été utilisées au Yémen»

Une équipe du Haut-commissariat aux droits de l’homme a récemment trouvé de nombreux restes de sous-munitions dans le nord du Yémen. Les enquêteurs ont également rencontré deux personnes blessées après avoir marché sur une de ces mini-bombes.

Fabriquées aux Etats-Unis et au Brésil

«Nous avons récolté les preuves de bombardements similaires depuis le printemps dernier, explique Megan Burke, directrice de la campagne d’interdiction des bombes à sous-munitions. Je n’ai aucune raison de penser qu’ils ont cessé depuis.» Dans la plupart des cas, les obus ont été largués par des avions, ce qui désigne l’Arabie saoudite et ses alliés arabes.

Les modèles retrouvés sur le champ de bataille yéménite étaient de fabrication américaine, et plus récemment, brésilienne. Aucun de ces deux pays n’a ratifié la convention contre les bombes à sous-munitions, qui bannit l’usage et le commerce de ces armes. L’Arabie saoudite et ses alliés se tiennent également à l’écart. «Les Etats-Unis et plusieurs membres de la coalition arabe ont condamné l’utilisation des bombes à sous-munitions en Syrie. Ne pas faire de même au Yémen est hypocrite», dénonce Megan Burke.

Publicité