Davos

Un forum économique placé sous le signe de la «quatrième révolution industrielle»

Le 46e Forum économique mondial s'ouvre aujourd'hui à Davos. Il fait place aux nouveaux risques de la «quatrième révolution industrielle». Les Etats-Unis y sont particulièrement présents

La géopolitique, cette fois encore, reste au coeur du forum économique mondial (WEF) qui a pris ses quartiers dans la station grisonne jusqu'à samedi. Pour la première séance plénière, le président de l'Allemagne Joachim Gauck doit lancer le débat sur la crise migratoire. L'environnement et les risques d'une «quatrième révolution industrielle» seront également au coeur des discussions. 

Les pays voisins de la Syrie en pleine guerre civile ont tous envoyé des délégations. A peine entré en vigueur l'accord nucléaire en échange d'une levée des sanctions, l'Iran revient lui aussi à Davos, en mal d'investissements étrangers pour soutenir sa croissance.

Alerte pour un tsunami inédit, celui de la «quatrième révolution industrielle»

Le fondateur et président du WEF, Klaus Schwab, 77 ans, veut lui alerter la planète sur les menaces de la «quatrième révolution industrielle». Inédit par sa vitesse et ses impacts, ce «tsunami»va bouleverser des systèmes entiers de production, de distribution et de consommation.

Lire aussi: Davos prévoit cette année de disséquer le progrès

Les avancées dans le domaine de l'intelligence artificielle, de la robotique, d'Internet, de l'impression 3D ou encore de la nanotechnologie ou de la biotechnologie démultiplient les chances. Mais aussi les nouveaux risques globaux, en termes d'emplois et d'exclusion, prévient le professeur Schwab.

Lire aussi: La Suisse bien placée pour profiter de la quatrième révolution industrielle

La «quatrième révolution industrielle» pourrait provoquer la perte d'environ 5 millions de postes de travail d'ici à 2020. Selon les experts du WEF, toutes les branches et tous les pays sont concernés, même si certains sont mieux préparés au tournant numérique.

40 chefs d'état à la table des négociations

Cette année, la grand-messe accorde une forte visibilité à l'agenda américain. Le vice-président des Etats-Unis Joe Biden y conduit la plus large délégation jamais venue à la station grisonne. Il doit adresser mercredi en fin de journée une allocution spéciale. Vendredi, c'est au tour du Secrétaire d'Etat américain John Kerry, suivi du chef du Pentagone Ashton Carter aux côtés du président afghan Ashraf Ghani.

Les autres puissances du G7 présentent, elles, des délégations allégées, malgré la présence des premiers ministres britannique David Cameron et canadien Justin Trudeau. 

Suite à l'essai de bombe à hydrogène début janvier, le WEF a retiré à la Corée du Nord son invitation. Pyongyang s'est plaint de cette «mesure inamicale», soulignant «que le forum sera tenu pour responsable des conséquences».

Lire aussi: La Corée du Nord proteste contre sa «sinistre» exclusion de Davos

En l'état, environ 40 chefs d'Etat ont annoncé leur participation. Côté suisse, exceptée la ministre de justice et police Simonetta Sommaruga, les autres six sages sont attendus, pour parler notamment bilatérales.

Au total plus de 2500 décideurs politiques, patrons d'entreprise ou d'organisation, experts académiques, artistes et chefs religieux doivent converger vers Davos. La communauté des affaires sera plus nombreuse que jamais.

Un forum placé sous une sécurité accrue

Sur le plan de la sécurité, les organes compétents dans le cadre du Forum économique mondial de Davos partent du principe d'un niveau de menace accru. En effet, les kamikazes armés de ceinture d'explosifs constituent eux aussi un nouveau danger.

Les activités de renseignement, la présence policière et les contrôles ont été augmentés, avec quelque 4500 militaires en renfort.

Seule une petite manifestation est prévue samedi. Les anti-WEF ne sont pas les seuls à briller par leur absence. Le «Public Eye on Davos», créé par la Déclaration de Berne et Greenpeace, a décerné l'année dernière son dernier «prix de la honte» aux entreprises jugées irresponsables.

Publicité