Syrie

Un drone russe filme la ville syrienne de Homs dévastée par la guerre

Tournée par une agence russe, la vidéo montre la ville de Homs entièrement détruite par cinq ans de guerre. Chercheur au Washington Institute for Near East Policy, Fabrice Balanche commente ces images

De Homs, il ne reste plus que des immeubles pulvérisés et des tas de gravats. Plusieurs quartiers de la ville syrienne, qui comptait un million d’habitants avant le début de la guerre il y a cinq ans, sont désormais vidés de leur population. Seules trois silhouettes juvéniles apparaissent au milieu des décombres filmées par Russia Works à l’aide d’un drone. Le fondateur de cette agence russe est Alexandr Pushin, un cameraman proche du Kremlin et de la télévision d’Etat russe, précise le Huffington Post.

«C’est une vision apocalyptique, on prend conscience de l’étendue des dégâts. Au début de la vidéo, on aperçoit Baba Amr totalement détruit, un quartier situé au sud-ouest de la ville. Ensuite, le drone survole le quartier central de Homs avec la mosquée», commente Fabrice Balanche, chercheur invité au Washington Institute for Near East Policy, en découvrant les images. Il a lui-même séjourné à Homs dans le cadre d’une mission de recherche en juin dernier.

«Un message à destination des rebelles»

La vidéo a été mise en ligne sur YouTube le mardi 2 février, au moment où les négociations entre le gouvernement syrien et les mouvements rebelles s’ouvraient au Palais des Nations à Genève. «Il y a clairement un lien avec les pourparlers de paix. Il s’agit d’un message à destination des rebelles et des populations qui les soutiennent. Diffuser de telles images de guerre vise à rappeler que le régime syrien, avec l’appui militaire de la Russie, a la capacité de raser les villes qui résistent», indique Fabrice Balanche.

Lire aussi: L’opposition syrienne entre dans le rang

La vidéo montre la violence des combats qui ont opposé les forces loyales au président Bachar el-Assad et les mouvements rebelles depuis 2011. La dernière poche de résistance au régime a quitté le quartier de d’Al-Waer en décembre 2015 en vertu d’un accord de cessez-le-feu des Nations unies. Depuis cinq ans, la guerre en Syrie a fait plus de 260 000 morts et des millions de réfugiés et de déplacés.

Lire aussi: Trêves locales en attendant les négociations de Genève

Publicité