Réfugiés 

Angela Merkel est toujours plus seule dans la crise des migrants 

La chancelière allemande compte de moins en moins d'alliés en Europe. Le Premier ministre français Manuel Valls ne veut pas accueillir plus de réfugiés et rejette l'idée de fixer des quotas d'accueil. L'Europe de l'Est souhaite une politique plus restrictive. 

Lâchée par la France, défiée par les Etats d'Europe orientale: la capacité d'Angela Merkel à imposer sa politique d'accueil des réfugiés dans l'Union européenne semble de plus en plus improbable avant un sommet crucial.

La chancelière allemande fait aussi face dans son pays à une chute dans les sondages et à une opposition grandissante sur sa politique qui a permis la venue de plus d'un million de demandeurs d'asile en 2015.

Lire aussi: De plus en plus de réfugiés quittent l'Allemagne pour rentrer chez eux

Elle a dès lors promis aux Allemands une solution européenne pour réduire nettement cet afflux dès 2016, militant pour des quotas d'accueil obligatoires au sein de l'UE. Mais avant le sommet des dirigeants européens à Bruxelles les 18 et 19 février, les alliés se font rares.

La France contre un mécanisme de répartition

Si le président français François Hollande s'était montré ouvert au projet allemand, le Premier ministre Manuel Valls a profité d'un passage à la Conférence sur la sécurité de Munich pour rejeter le plan.

La France n'est pas «favorable» à un mécanisme de répartition, l'Europe ne peut «pas accueillir plus de réfugiés», selon lui.

Angela Merkel fait aussi la quasi-unanimité contre elle en Europe orientale. La Première ministre polonaise Beata Szydlo, à Berlin cette semaine, a appelé à un «nouveau virage» au nom notamment de la sécurité européenne, citant «les attaques terroristes de Paris» et les «agressions sexuelles du Nouvel An à Cologne».

«Incitations à la migration»

Le ministre slovaque des Affaires étrangères, Miroslav Lajcak, a, lui, estimé dans l'hebdomadaire Der Spiegel que les «contingents (voulus par Mme Merkel) ne vont qu'accroître les incitations à la migration». Et il a laissé entendre que faute d'accord la «route des Balkans» empruntée par la majorité des migrants pourrait être fermée. «Tant qu'il n'y a pas de stratégie européenne, il est légitime que les pays de la route des Balkans protègent leurs frontières», a-t-il dit.

Pour Angela Merkel, ces contingents, la lutte contre les passeurs en Turquie ainsi que l'amélioration des conditions de vie dans les camps de Syriens en Turquie, au Liban et en Jordanie sont les conditions nécessaires pour juguler l'afflux migratoire.

Le gouvernement allemand entend par ricochet sauver la libre-circulation dans l'UE et préserver l'unité européenne.

Ne pas capituler face à 1,5 ou 2 millions de réfugiés 

«Un continent de 500 millions de citoyennes et citoyens (européens) ne peut pas voir ses fondements ébranlés et capituler face à 1,5 ou 2 millions de réfugiés», a martelé la ministre de la Défense, Ursula von der Leyen.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry, intervenant lui aussi à Munich, a jugé que cette crise représentait pour l'Europe une menace «quasi-existentielle» et que Mme Merkel faisait preuve «d'un grand courage».

Lire aussi: A Munich, John Kerry veut donner tort aux cyniques

A l'inverse, le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a qualifié la politique allemande de «stupide».

Face à son incapacité à réunir un consensus européen, la chancelière a indiqué vendredi qu'un groupe de pays «volontaires» pourrait accepter de se répartir plus de réfugiés en échange d'une lutte accrue d'Ankara contre la migration illégale.

Réunion de crise avec la Turquie 

Ces pays, dont la chancelière n'a pas donné la liste, se réuniront avec la Turquie en marge du sommet des 18 et 19 février.

En décembre, l'Allemagne avait déjà réuni plusieurs membres possibles de cette future «coalition» et notamment l'Autriche, la Belgique, la Finlande, la Grèce, le Luxembourg, les Pays-Bas et la Suède. 

L'Autriche toujours plus stricte 

Depuis, l'Autriche a annoncé un plafond d'accueil en 2016 de 37.500 personnes, près de trois fois moins que le nombre arrivé l'année dernière. Vienne a même demandé vendredi à Skopje de se préparer «à stopper le flux de migrants à ses frontières», la Macédoine étant après la Grèce le deuxième pays traversé par les réfugiés venant de Turquie.

A l'été 2015, les Européens ont accepté, avec de grandes difficultés, de se répartir 160 000 réfugiés, mais cette décision n'est toujours pas mise en oeuvre.

Erdogan: «Notre patience a des limites»

Face à ces divisions, et alors que l'UE appelle Ankara à continuer d'accueillir les Syriens fuyant la guerre sur le territoire turc en plus des 2,5 millions déjà présents, le président turc Recep Tayyip Erdogan n'a pas caché son irritation jeudi, menaçant d'envoyer les réfugiés en Europe. «Notre patience à des limites», a-t-il prévenu.

Publicité