Afrique

Après les femmes, le viol des bébés se généralise en RDC

Les enfants soldats terrorisent la République démocratique du Congo. Le docteur Denis Mukwege raconte une logique «infernale» à l’œuvre. Témoignage

Depuis trois ans, Denis Mukwege ne sort de chez lui qu’escorté par la police. Chez lui, c’est l’hôpital de Panzi, près de Bukavu, la capitale du Sud-Kivu dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC). «Je vis là où je travaille, explique le gynécologue de 60 ans. J’essaye de réduire les risques au maximum.» La Mission de l’ONU pour la stabilisation de la RDC (Monusco) le protège depuis qu’il a été victime d’une sixième tentative d’assassinat, en octobre 2012, alors qu’il rentrait à la maison.

500 000 victimes

Les menaces de morts n’ont pas cessé. L’an dernier encore, l’une de ses infirmières était enlevée, puis violée. Même ses patientes sont ciblées. Qui peut bien en vouloir au Dr Mukwege, sinon les violeurs? Depuis une quinzaine d’années, le gynécologue a soigné des dizaines de milliers de femmes abusées, violentées, découpées, charcutées pour certaine d’entre elles, leur sexe étant exhibé comme un trophée par leurs agresseurs. On parle de plus de 500 000 victimes. Jamais peut-être, le viol n’avait été utilisé comme arme de guerre de façon aussi systématique.

Les violeurs, on les trouve dans tous les camps: les rebelles hutus dans un premier temps, puis les combattants locaux maï-maï, les soldats rwandais, mais aussi les forces gouvernementales, les infiltrés des pays voisins, et dernièrement les insurgés du M23. Tous s’y sont mis dans une orgie destinée à entretenir la terreur et faire fuir les populations. «Il n’y a rien de culturel à cela, souligne Denis Mukwege. Cette barbarie est corrélée à la guerre, à l’absence d’État de droit, au déni de justice. On n’avait jamais vu cela auparavant.»

Volonté d’humiliation

Officiellement, la guerre en RDC est terminée depuis des années. Les zones de combat ont sensiblement diminué, et le nombre des viols avec. Aujourd’hui, le docteur recoud en moyenne 2500 femmes par an, alors qu’en 2004 c’était 4000. Mais les métastases sont là, le mal se propage dans la société. «J’observe de plus en plus de viols sur des enfants, des bébés, parfois de moins de douze mois, cela se généralise. Il n’y a toujours pas de répit pour la population.»

Plutôt que d’être achevés, ces bébés broyés sont déposés devant la maison des parents. «Cela procède de la même logique qu’avec les femmes. Il y a une volonté d’humiliation, de destruction du tissu social, de toute valeur, de tout ce qui est sacré.» Un «cercle vicieux infernal» est à l’œuvre: les enfants issus de viols, eux-mêmes rejetés, deviennent parfois à leur tour des violeurs. Et puis, il y a ces histoires d’enfants forcés de découper le sein de leur mère. «On leur a enseigné à perpétrer des atrocités sur leur propre famille avant de les recruter comme combattants», explique le docteur.

Le viol et le minerai

Une fois démobilisés, lors de la reddition des groupes armés, ces enfants dont certains ne sont pas plus hauts que leur fusil sont intégrés dans l’armée nationale. On appelle cela le «brassage». «L’armée est constituée d’anciens enfants soldats dont l’esprit n’a pas été désarmé. Ils ont subi un lavage de cerveau. C’est une bombe à retardement.» C’est comme si on remettait les clés d’une boîte de nuit à un alcoolique, poursuit le docteur, et qu’on lui disait «tiens, désormais c’est à toi d’assurer l’ordre». Si aucun chiffre officiel n’est disponible, ils se compteraient toutefois par milliers.

Il est difficile de démêler les logiques à l’œuvre qui continuent de déchirer la RDC, en particulier l’est du pays où plus de deux millions de personnes ont été déplacées. Mais, Denis Mukwege avance une hypothèse: «Il y a une corrélation entre les zones minières, les groupes armés et les femmes violées». En d’autres termes, le viol comme outil de terreur destiné à faire fuir les populations profite aux combattants qui veulent contrôler les territoires riches en minerais, ce qui ne manque pas dans la région.

Eduquer les hommes

Pour stopper cette violence, il est temps de soigner psychologiquement cette génération d’enfants devenus adultes, mentalement détruits, et qui naviguent comme des épaves au cœur de la société congolaise. «Il ne suffit pas de les vêtir d’un uniforme et de leur fournir 60 dollars par mois pour les réinsérer», explique le docteur qui ajoute qu’il est vain de soigner les gens sans traiter les causes du mal. Il a donc quitté son bloc opératoire pour alerter la communauté internationale. «Mais la réponse est timide», constate-t-il. En RDC, la seule note d’espoir vient de la société civile, d’un début de prise de conscience, chez les hommes en particulier. Mais le pouvoir réprime ces voix qui contredisent le discours d’une normalité retrouvée.

Lundi soir, Denis Mukwege assistait à la projection du documentaire «L'homme qui répare les femmes» diffusé dans le cadre du Festival du film et forum international sur les droits humains (FIFDH). Ce mardi, il s’exprimera devant le Conseil des droits de l’homme pour transmettre ce message: il ne peut y avoir de paix dans le monde sans le respect de la femme. «Je suis suffoqué en voyant que l’on inflige aux femmes ce qu’on ne fait pas aux animaux: le viol».

Publicité