Terrorisme

Cinq suspects arrêtés à Bruxelles

Cinq suspects, dont Salah Abdeslam, ont été arrêtés lors d'une importante opération de police ce vendredi dans la commune bruxelloise de Molenbeek. Retour sur les faits du jour

Salah Abdeslam, suspect-clé des attentats de Paris en fuite depuis plus de quatre mois, a été arrêté dans la commune bruxelloise de Molenbeek après une brusque accélération de sa traque ces derniers jours. Au cours de trois perquisitions vendredi après-midi, «Salah (Abdeslam) a été intercepté (...) Le soi-disant Monir Ahmed Alaaj, alias Amine Choukri, a été appréhendé (...)», a détaillé un porte-parole du parquet fédéral belge, Thierry Werts. «Trois autres personnes ont été privées de liberté: les nommés Abid A., Sihane A. et Djemila M., tous membres de la famille qui hébergeait Salah», a ajouté M. Werts lors d'une conférence de presse.

Voici le déroulement des principaux faits du jour.


22h05. La police belge a procédé vendredi à l'arrestation de cinq personnes au total, dont Salah Abdeslam, un suspect-clé des attentats de Paris, a indiqué dans la soirée le parquet fédéral belge.

Au cours de trois perquisitions vendredi après-midi, «Salah (Abdeslam) a été intercepté (...) Le soi-disant Monir Ahmed Alaaj, alias Amine Choukri, a été appréhendé (...)», a détaillé un porte-parole du parquet fédéral belge, Thierry Werts. «Trois autres personnes ont été privées de liberté: les nommés Abid A., Sihane A. et Djemila M., tous membres de la famille qui hébergeait Salah», a ajouté M. Werts lors d'une conférence de presse.

20h45. Le président français François Hollande souhaite que Salah Abdeslam soit extradé «le plus rapidement possible» vers la France. «Salah Abdeslam était sous le coup d'un mandat d'arrêt européen. Je ne doute pas que les autorités judiciaires françaises vont adresser très vite une demande d'extradition» et «que les autorités belges y répondront le plus favorablement possible, le plus rapidement possible», a déclaré François Hollande lors d'une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre belge Charles Michel.

20h37. Le premier ministre belge Charles Michel confirme l'arrestation de trois suspects dont Salah Abdeslam.  

19h57. Salah Abdeslam s'est rendu sans violence, après des sommations et des tirs de la police, et a confirmé son identité aux policiers qui l'arrêtaient, selon la chaîne française BFMTV. Son identité a été confirmée par ses empreintes digitales et il se trouve à l'hôpital.

19h13. «On l'a eu», le mot est signé du secrétaire d'Etat belge à la Migration Theo Francken, confirmant l'arrestation de Salah Abdeslam dans un tweet, peu après 18H30. Deux personnes seraient encore retranchées à Molenbeek et les opérations policières se poursuivent, des explosions ont été entendues. 

19h00.  Salah Abdeslam a été blessé à la jambe, apprend-on de source proche de la police. Vendredi, «après les sommations d'usage, l'assaut a été donné par la police», a décrit un élu local de Molenbeek, sous couvert d'anonymat. Un homme «jeune, de petite taille à casquette, s'est enfui (...) Il a été touché par la police et emmené en ambulance», a ajouté l'élu, cité par l'AFP.

Il pourrait être rapidement remis aux autorités françaises.

Lire: De Paris à Bruxelles, l'incroyable baraka de Salah Abdeslam

18h15. La police a confirmé l'arrestation de l'homme le plus recherché d'Europe, en vie. François Hollande est actuellement «dans le bureau» du premier ministre belge Charles Michel. Les deux hommes s'exprimeront ensemble à 19h00.

Un peu plus tôt, une source policière avait affirmé qu'un homme était arrêté, un autre blessé et un troisième retranché dans la commune bruxelloise de Molenbeek.

Des opérations sont toujours en cours.

Voir : la vidéo de l'arrestation sur le site de VTM Nieuws

18h00. Un homme a été blessé et un autre interpellé lors de l'opération antiterroriste en cours vendredi après-midi à Bruxelles, l'un des deux est Salah Abdeslam, suspect-clé des attentats de Paris, a-t-on appris de source policière française. Un 3e homme est toujours retranché.

17h30. François Hollande en direct depuis le Conseil européen de Bruxelles confirme que la police belge est bien sur les traces de Salah Abdeslam.

Infographie. Ces terroristes qui ont frappé Paris

17h00. Un homme très fortement soupçonné d'être Salah Abdeslam, un suspect-clé des attentats du 13 novembre à Paris, est en train d'être chassé par la police belge dans le quartier de Molenbeek.

Selon le site du journal La Libre Belgique, des coups de feu ont été échangés entre les forces de l'ordre et des hommes qui ont résisté. Un homme serait «à terre». Aucune confirmation de son identité, tandis que les médias ont été priés de quitter les lieux. La police et l'armée sont sur place.

Selon la Dernière Heure, deux hommes ont été blessés dans la fusillade avec les forces de l'ordre. Salah Abdeslam serait l'un des blessés mais se serait retranché dans la maison.


Lire: L'incroyable baraka de Salah Abdeslam

Le quartier a été bouclé. JAN NAGELS

15h00. Des empreintes de Salah Abdeslam, un suspect-clé des attentats du 13 novembre à Paris toujours en fuite, ont été retrouvées dans l’appartement perquisitionné mardi à Forest, en région bruxelloise, a indiqué vendredi le parquet fédéral belge.

«On confirme que les empreintes de Salah Abdeslam ont été trouvées dans l’appartement de Forest», a déclaré un porte-parole du parquet fédéral, Eric Van Der Sypt, qui s’est refusé à tout autre commentaire «dans l’intérêt de l’enquête».

Selon la télévision publique belge RTBF, «il est plus que probable que Salah Abdeslam soit l’un des deux individus qui ont pris la fuite lors de la fusillade» causée par l’arrivée des policiers. Cette information n’a pas été confirmée officiellement. Le suspect de 26 ans, originaire de la commune populaire de Molenbeek, est soupçonné d’avoir eu au moins un rôle-clé de logisticien dans les attentats djihadistes qui ont fait 130 morts en novembre. Il s’est évaporé dans la nature depuis son exfiltration de Paris par des amis le lendemain des attaques.

Sa trace s’évanouit à Schaerbeek, une autre commune de Bruxelles, le samedi 14 novembre. Selon des informations de presse locale, il y aurait ensuite passé trois semaines, caché dans un appartement où son empreinte ADN a été retrouvée le 10 décembre par les enquêteurs.

Deux personnes en fuite

Mardi après-midi, une équipe de six enquêteurs franco-belges s’est présentée pour une perquisition de routine devant un appartement de Forest, dans le sud-ouest de la capitale belge. Ils ont été accueillis par des tirs à l’arme automatique. L’un des trois hommes à l’intérieur de l’appartement a été tué par un tireur d’élite de la police, mais deux autres ont pris la fuite et sont toujours «activement recherchés».

Lire aussi: La justice belge décrit dans le détail l'opération de Bruxelles

Un policier belge devant l'appartement perquisitionné près de Bruxelles, le 16 mars 2016. JOHN THYS

Un possible complice de Salah Abdeslam abattu

L’homme abattu a été identifié comme Mohamed Belkaïd, un Algérien de 35 ans en séjour illégal en Belgique, inconnu de l’antiterrorisme belge. A côté de son cadavre ont été découverts «une kalachnikov, ainsi qu’un livre sur le salafisme», un drapeau de l’organisation Etat islamique, «11 chargeurs de kalachnikov et de très nombreuses munitions», selon le parquet.

Selon la RTBF, l'homme serait un complice de Salah Abdeslam. Il aurait utilisé le faux nom de Samir Bouzid, considéré comme l'un des logisticiens des attentats de Paris. Une information que le parquet belge juge «vraisemblable». C'est avec le nom de Samir Bouzid qu'un virement de 750 euros a été fait le 17 novembre 2015, à la cousine d'Abdelhamid Abaaoud depuis une agence bruxelloise Western Union, rappelle le média belge.

La télévision publique belge VRT a affirmé vendredi que le nom de Mohamed Belkaïd figurait sur les listes de combattants de l’Etat islamique qui ont fuité la semaine dernière dans la presse. Selon la chaîne néerlandophone, qui affirme avoir consulté la fiche de Mohamed Belkaïd, il s’était porté volontaire pour commettre un attentat-suicide.

Publicité