Asie

La tension monte d'un cran, Pyongyang tire deux missiles balistiques

Après les annonces de tirs et d'un test d'ogive nucléaire, Kim Jong-un est passé à l'action avec le lancement de deux missiles balistiques, vendredi. Ces tirs interviennent dans un contexte de tensions militaires exacerbées

La Corée du Nord a tiré deux missiles balistiques de moyenne portée vendredi 18 mars, dans la péninsule divisée depuis le quatrième essai nucléaire nord-coréen.

Ces tirs surviennent quelques jours après l'annonce par le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un d'un test imminent sur une ogive nucléaire et d'une série de tirs de missiles balistiques.

Lire aussi:  La menace nord-coréenne s'intensifie avec l'annonce d'un test d'ogive nucléaire

Les tensions militaires ne cessent de s'aggraver depuis l'essai nucléaire du 6 janvier, suivi le 7 février par un tir de fusée à longue portée largement considéré comme un test déguisé de missile balistique par la Corée du Nord.

Des responsables américains de la Défense ont expliqué qu'ils avaient repéré deux tirs d'engins, qui seraient tous deux des missiles de moyenne portée «Rodong», à partir de véhicules de lancement mobiles. Le Rodong est une version améliorée du missile Scud, doté d'une portée maximale d'environ 1300 kilomètres.

D'après des responsables militaires sud-coréens, le premier missile a été tiré de Sukchon, dans le sud-ouest de la Corée du Nord, à 05H55 locale (20H55 GMT jeudi), et a parcouru 800 kilomètres pour plonger dans la mer du Japon, également appelée mer Orientale.

Le second engin a été tiré une vingtaine de minutes plus tard, mais a rapidement disparu des radars.

Les représailles de l'ONU attendues

Ces tirs surviennent alors que le président américain Barack Obama vient de signer un décret autorisant la mise en oeuvre des nouvelles sanctions adoptées début mars par le Conseil de sécurité de l'ONU, en représailles à l'essai nucléaire et au tir de fusée nord-coréens.

Lire aussi: L'ONU restreint encore les échanges commerciaux avec la Corée du Nord

Pyongyang menace depuis 15 jours quasi quotidiennement de frappes nucléaires Séoul et Washington, qui mènent des exercices militaires conjoints à grande échelle, considérés par le Nord comme la répétition générale d'une invasion de son territoire. Pour signifier son mécontentement, la Corée du Nord avait déjà tiré deux missiles de courte portée dans la mer du Japon le 10 mars.

Quelques jours après, Kim Jong-un annonçait que la Corée du Nord testerait rapidement l'explosion d'une ogive nucléaire et tirerait «plusieurs sortes» de missiles balistiques. Le ministère sud-coréen de la Défense a estimé que les tirs de vendredi étaient clairement le produit de ces déclarations.

«La Corée du Nord semble accélérer ses essais de tir pour améliorer ses capacités nucléaires», a dit son porte-parole Moon Sang-Gyun, ajoutant que Séoul était prêt à répliquer immédiatement à toute menace pour sa sécurité nationale.

Les résolutions de l'ONU interdisent à la Corée du Nord de développer tout programme d'armements nucléaires comme balistiques. Toutefois, les tirs d'engins à courte portée suscitent rarement des réactions. Un tir de Rodong est considéré comme plus provocateur, car capable de frapper la majeure partie du territoire japonais. Le dernier tir de Rodong, également en mer du Japon, remonte à mars 2014.

Menace fantôme ou réelle?  

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a déclaré qu'il avait ordonné à son gouvernement d'enquêter sur le tir de vendredi et de vérifier la sécurité maritime dans la zone où l'engin s'est abîmé. Le département d'Etat américain a appelé Pyongyang à s'abstenir de tout geste susceptible «d'aggraver encore les tensions».

Lire aussi: Le monde est démuni face au chantage nucléaire nord-coréen

Si la Corée du Nord dispose vraisemblement d'un petit arsenal d'armes nucléaires, sa capacité à les diriger sur une cible choisie fait l'objet de débats. De nombreux points d'interrogation pèsent sur ses capacités en matière de vecteur nucléaire. Bon nombre de spécialistes pensent que la Corée du Nord est loin d'avoir mis au point un missile balistique intercontinental (ICBM) qui puisse frapper le continent américain.

Lorsqu'il a annoncé les tests d'ogive nucléaire mardi, Kim Jong-un supervisait un exercice de simulation de la technologie relative à la rentrée dans l'atmosphère d'une ogive nucléaire, nécessaire pour mener à bien une frappe à longue portée.

Selon la presse nord-coréenne, l'essai fut une réussite totale, garantissant que la tête nucléaire peut supporter la phase de rentrée dans l'atmosphère, une étape cruciale pour développer une véritable force de frappe nucléaire.

Si la Corée du Sud dit douter que le Nord soit maître de la technologie de rentrée dans l'atmosphère, elle s'est montrée moins sceptique lorsque le numéro un nord-coréen a annoncé que Pyongyang avait réussi à miniaturiser une tête nucléaire afin de pouvoir la monter sur un missile. La présidente sud-coréenne a jugé mardi que les menaces incessantes du Nord reflétaient un état de «crise», du fait de son isolement diplomatique et économique accru.

Publicité