penseurs musulmans

Shawki Allam, l’érudit qui écrit aux terroristes

Le grand mufti d’Egypte, dans une lettre signée par quelque 120 érudits sunnites d’Afrique, d’Asie ou d’Europe, dénonce les actes des terroristes de «l’Etat islamique autoproclamé»

L’érudit qui écrit aux terroristes

Shawki Ibrahim Abdel-Karim Allam, plus communément appelé Shawki Allam, est l’actuel grand mufti d’Egypte, l’une des plus importante autorités musulmanes juridiques en Egypte. Il est élu en février 2013 par le Conseil suprême d’Al-Azhar pour succéder à l’ancien grand mufti Ali Gomaa, puis confirmé par le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi. Une première, dans le mode de désignation du grand mufti, jusqu’ici nommé par le chef d’Etat. Né le 12 août 1961 dans le gouvernorat de Beheira, au bord du delta du Nil, Shawki Allam étudie à l’Université al-Azhar. Il enseigne ensuite à Oman de 2001 à 2010, avant de devenir professeur de loi islamique à l’Université de Tanta, en Egypte.

En septembre 2014, le grand mufti d’Egypte signait avec quelque 120 érudits sunnites d’Afrique, d’Asie ou d’Europe une lettre ouverte, adressée au chef de «l’Etat islamique autoproclamé» Abou Bakr al-Baghdadi et à ses partisans, mais aussi aux musulmans qui seraient tentés de les rejoindre. Dans ce texte, les leaders religieux accusent l’organisation terroriste d’avoir violé les interdits de l’islam. Prenant appui sur des arguments théologiques et «l’opinion de la majorité écrasante des intellectuels sunnites», ils dénoncent les actes et les propos tenus par les chefs de l’EI. «Vous avez fait faussement de l’islam une religion de la dureté, de la brutalité, de la torture et du meurtre […]. Repentez-vous, arrêtez de faire du mal aux autres et revenez à la religion de la miséricorde», concluent-ils.

Publicité