Opinion

Débat: un revenu de base pour tous sans fournir de travail?

Les Suisses voteront le 5 juin sur l’initiative «Pour un revenu de base inconditionnel». Pour Ralph Kundig, président de l’association BIEN-Suisse, qui soutient l’initiative, il s’agit là de la réponse «logique» à la disparition du plein-emploi. Très mauvaise solution à de vrais problèmes, lui répond le conseiller national (PS/VD) et syndicaliste Jean Christophe Schwaab

L’initiative populaire «Pour un revenu de base inconditionnel», sur laquelle les citoyens se prononceront le 5 juin, réclame la création d’une allocation universelle qui permette à chacun de mener une existence digne, qu’il ait ou non un emploi. Ce texte s’appuie sur la conviction que les économies mondialisées ne garantiront plus le plein-emploi à l’avenir. Les instruments classiques de la protection sociale, ayant la plupart, à des degrés divers, la réinsertion professionnelle pour finalité, risquent de devenir obsolètes. Il faut donc chercher d’autres voies. Le revenu de base inconditionnel «simplifie radicalement l’Etat social tout en éradiquant la pauvreté sans stigmatisation», plaide Ralph Kundig, président de l’association BIEN-Suisse, qui soutient l’initiative. Il n’y aura plus de pressions et de contrôles sur les chômeurs et les allocataires de l’aide sociale pour qu’ils se forment et se réinsèrent dans le marché du travail.

Lire son texte ici: «Le revenu de base inconditionnel est une réponse logique à l’évolution de l’économie»

«Très mauvaise solution à de vrais problèmes», lui répond le conseiller national (PS/VD) et syndicaliste Jean-Christophe Schwaab. Premier effet pervers: les employeurs seront tentés de retrancher le montant du revenu de base de tous les salaires, qui subiraient une baisse drastique. Autre inconvénient rédhibitoire: l’initiative «pourrait aussi porter un coup fatal aux efforts de la collectivité pour encourager la formation et l’insertion professionnelle.»

Lire son texte ici: «Le revenu de base inconditionnel est une très mauvaise solution à de vrais problèmes»

Depuis que le Conseil fédéral a décidé d’inscrire cette initiative au programme de la votation du 5 juin, le débat a été relancé et beaucoup ont voulu en savoir plus. Voir notre présentation: «Revenu de base, le débat commence»

Publicité