Digitale attitude

Des drones pour lutter contre le sida en Afrique

Des tests VIH seront bientôt transportés par les airs pour pallier les inconvénients du transport routier, trop lent et compliqué pour accéder à certaines zones rurales reculées

En Afrique, des tests de dépistage du sida seront livrés par drone. Dans le cadre d’un nouveau projet pilote, une collaboration entre l’Unicef et le Ministère de la santé du Malawi, un drone transportant ces tests fait la navette entre un hôpital et un dispensaire situé en zone rurale. Un nouveau mode d’acheminent qui pourrait réduire drastiquement le temps de détection puis le traitement des bébés séropositifs. Le Malawi est un des endroits du monde les plus touchés par le VIH, et la majorité des victimes sont des enfants. Dix mille d’entre eux meurent chaque année de maladies liées au virus.

A l’heure actuelle, il faut compter onze jours pour faire parvenir les résultats de tests d’un dispensaire dans la brousse vers un des huit laboratoires du pays équipés pour établir le diagnostic. Puis encore dix semaines jusqu’à ce que les résultats soient retournés au village par moto. Un délai souvent trop long pour entamer un traitement. Mais le 14 mars dernier, un drone a parcouru avec succès une distance de 10 kilomètres, transportant des tests VIH vers un hôpital de Lilongwe en vingt minutes.

Lire aussi: Les drones livreurs de matériel médical arrivent (30.09.2015)

Le Malawi n’est pas le seul pays qui a recours au procédé. Au Ghana, dans un programme financé conjointement par les Nations unies et la Fondation Bill & Melinda Gates, des drones livrent déjà des pilules contraceptives dans des villages éloignés des centres urbains. Le temps de transport normal de deux jours pour arriver à bon port – voire plus, lorsque les intempéries rendent les routes inaccessibles – descend à trente minutes et évite les ruptures des stocks.

Dans les pays où les infrastructures routières sont de mauvaise qualité, le déploiement de droneports et de couloirs aériens permettra à des flottes d’Unmanned Aerial Vehicles (UAV) de grande taille de transporter des cargaisons de médicaments et des articles de première nécessité dans les régions les plus reculées, C’est l’objectif d’un projet baptisé «Red Line» qui devrait démarrer au Rwanda en 2016.

Tout comme les téléphones mobiles ont pallié le manque d’ordinateurs sur le continent africain, les drones pourraient jouer ce rôle de substitution au transport par route.

Publicité