Scanner

Dormez en paix…

182. C’est le nombre des prévisions de fin du monde recensées par Wikipedia depuis l’an –364: une nouvelle fin du monde chaque 14 ans et demi, en moyenne

182. C’est le nombre des prévisions de fin du monde recensées par Wikipedia depuis l’an –364: une nouvelle fin du monde chaque 14 ans et demi, en moyenne. En ne comptant que celles prédites depuis le pape Sylvestre Ier (qui annonça la fin du monde en l’an mil et remplit les caisses de l’église grâce aux dons des désespérés), le score grimpe à une fin du monde tous les six ans.

Cette seule constatation pourrait suffire à balayer toute agitation autour du 21 décembre prochain. Allez, ne nous énervons pas, et attendons tranquillement le 22 décembre qu’un petit malin prédise une nouvelle fin du monde pour… 2018.

Cette fin du monde de 2012 est-elle différente des autres? A la fois oui et non. La plupart des fins du monde recensées sont le fait d’un chef religieux plus ou moins obscur qui réinterprète les Ecritures, et sont donc passées largement inaperçues de tous, sauf de ses propres fidèles. Avec 2012, on est en pleine année olympique! Les ingrédients sont en lice pour le citius, altius, fortius: un mélange de catastrophes astronomiques, de prédictions faites par les anciens-qui-en-savaient-tellement-plus-que-nous, de dérapages sur le mode les-scientifiques-et-les-dirigeants-nous-cachent-des-choses. Bref, tout ce qu’il faut pour enflammer les esprits. Ajoutez à ça une promotion hollywoodienne qui avait tout intérêt à ce qu’Internet parte en vrille sur le sujet, et voilà le résultat.

Côté astronomique, rien ne tient: le magnifique bouquet d’arguments parfaitement faux et de notions réelles, mais mal comprises, est un vrai bonheur. Non, les planètes ne seront pas alignées ce jour-là. Et même s’il se produisait, un tel événement serait insignifiant: le Soleil, et Jupiter dans une moindre mesure, dominent très largement la gravitation du système solaire, les autres planètes n’apportent qu’une infime perturbation à l’ensemble. Oui, vu depuis la Terre, le Soleil se trouvera dans la direction du centre galactique, mais c’est le cas tous les hivers! Cette année, il sera même légèrement moins bien aligné qu’il ne le fut en 1998, par exemple. Non, la planète Nibiru n’existe pas, et aucun corps céleste ne menace notre planète dans l’immédiat. Certes, cela a déjà eu lieu (la Lune est vraisemblablement le produit d’un tel impact peu après la formation du système solaire) et se reproduira tôt ou tard (on s’attend à la chute d’un très gros astéroïde ravageur chaque cent millions d’années, environ).

Nous autres, humains, adorons nous faire peur, c’est plus fort que nous. Aux veillées, on se racontait des histoires terrifiantes;, de nos jours, on se délecte de films d’horreur… Mais vous pourrez dormir en paix le 20 décembre prochain.

* Astronome à l’Observatoire de l’Université de Genève

Publicité