biologie

Les fourmis forment des radeaux vivants

Les fourmis s’accrochent les unes aux autres pour former un radeau vivant. De plus, elles exploitent la flottabilité de leur couvain, ont constaté des chercheurs de l’Université de Lausanne. Elles résistent ainsi à la submersion, selon une étude publiée mercredi dans la revue scientifique PLoS ONE

Les fourmis forment des radeaux vivants

Biologie Etude sur des insectes du Valais

Confrontées à une inondation, les fourmis s’accrochent les unes aux autres pour former un radeau vivant. De plus, elles exploitent la flottabilité de leur couvain, ont constaté des chercheurs lausannois.

Elles résistent ainsi remarquablement bien à la submersion, selon une étude publiée mercredi dans la revue scientifique PLoS ONE par des chercheurs du Département d’écologie et évolution de l’Université de Lausanne (UNIL).

Les chercheurs ont étudié la formation de radeaux chez une espèce de fourmis habitant les plaines alluviales du Rhône, en Valais. Au laboratoire, ils ont exposé de petits groupes d’ouvrières, de couvain et de reines à des crues expérimentales.

Individus les plus jeunes à la base

Ils ont ainsi pu observer la position de ces diverses catégories d’individus au sein des radeaux. Curieusement, les ouvrières plaçaient systématiquement les individus les plus jeunes de la société, les larves et les pupes, à la base du radeau, a indiqué l’UNIL dans un communiqué.

Les fourmis étaient-elles en train de jeter le bébé avec l’eau du bain? Allaient-elles noyer leur couvain? Pas du tout! «Les fourmis sont très résistantes à la noyade et le couvain survit sans problème même s’il est longtemps submergé à la base du radeau», indique Jessica Purcell, première auteure de l’étude, citée dans le communiqué.

Reine la mieux protégée

Les larves et les pupes, qui ont la meilleure flottabilité, servent donc de bouée. Grâce à elles, les ouvrières passent moins de temps immergées, ce qui diminue leur temps de récupération lorsqu’elles regagnent la terre ferme. La reine, essentielle à la survie de la colonie, est placée au centre, à l’endroit le mieux protégé.

Publicité