Médecine

Bébés siamois de 8 jours séparés avec succès à Berne

Huit jours après leur naissance prématurée, des jumelles siamoises ont été séparées avec succès à l'hôpital de l'Ile à Berne. Ce dernier et l'hôpital universitaire de Genève, partie prenante à l'opération, parlent de «prouesse médicale»

D'après les indications des deux hôpitaux, il s'agit d'une première suisse, voire mondiale: les hôpitaux ne connaissent pas de cas où deux bébés siamois si jeunes ont été détachés l'un de l'autre. En principe, les médecins attendent trois à six mois, mais ce n'était pas possible en raison de l'état de santé critique des deux petites filles à Berne.

Les chirurgiens des services pédiatriques des deux hôpitaux universitaires ont donc décidé le 10 décembre de tenter cette première, ont-ils indiqué dimanche, confirmant des articles dans Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung. L'opération à hauts risques a duré plus de 5 heures.

Leur mère avait donné naissance à des triplés le 2 décembre, huit semaines avant le terme. La troisième fillette était en bonne santé, mais les deux autres ne pesaient ensemble que 2200 grammes et étaient reliées par leur foie, leur thorax et le péricarde. Chacune possédait toutefois la totalité des organes vitaux.

Les deux fillettes présentaient de graves problèmes, car une quantité importante de sang circulait de l'une à l'autre par le foie. Du coup, l'une avait un apport de sang trop important et une tension artérielle trop élevée, alors que l'autre souffrait d'hypotension.

Pour les sauver, les spécialistes des deux hôpitaux ont décidé, avec l'accord des parents, de tenter l'opération de séparation en urgence. Les foies des deux nourrissons étaient largement liés l'un à l'autre et les gros vaisseaux sanguins qui les traversent ont dû être détachés.

L'équipe d'experts genevois en chirurgie hépatique pédiatrique a été appelée en renfort ainsi qu'un chirurgien bernois en cardiologie pédiatrique. En trente ans, ce n'est que la troisième fois que des bébés siamois ont survécu après leur séparation.

«L'opération n'a réussi que grâce au travail d'équipe parfait entre les médecins et les soignants», a souligné le médecin-chef Steffen Berger. «Nous sommes heureux que les enfants et les parents se portent si bien maintenant».

Les deux fillettes peuvent entretemps être nourries normalement et pèsent le double de leur poids à la naissance. L'une pèse 1890 grammes et l'autre 2120 grammes, explique le docteur Steffen. Les médecins espèrent qu'elles pourront quitter les soins intensifs de l'hôpital de l'Ile durant les prochaines semaines.

La famille vit dans la région bâloise. Les parents sont heureux. «C'était comme une deuxième naissance. Un miracle», écrit Le Matin Dimanche en citant le père. «Mais ce n'était pas facile. Nous avons discuté si nous voulions interrompre la grossesse des deux jumelles siamoises et ne garder que la troisième fillette», déclare-t-il dans la SonntagsZeitung.

Les médecins leur ont alors dit qu'il y avait un moyen de séparer les fillettes. Les parents ont donc décidé de les laisser vivre. «On a souhaité ces enfants, on ne peut pas dire ensuite: ils ne sont pas comme il faut, alors on s'en débarrasse».

Publicité