Les experts

«Le couronnement d’une incroyable expérimentation»

Quatre experts s’expriment sur la révolutionnaire découverte que représentent les ondes gravitationnelles

Michele Maggiore, Université de Genève

«Tout comme la détection du boson de Higgs en 2012 a permis de tester et de confirmer la validité du Modèle Standard de la physique des particules, la présente détection des ondes gravitationnelles a permis de tester et de confirmer la théorie de la relativité générale. C’est donc une extraordinaire confirmation de l’intuition d’Albert Einstein. Mais c’est également le couronnement d’une incroyable expérimentation d’une précision extrême, développée depuis trente ans. Avec ces ondes, toute la communauté scientifique dispose désormais d’un nouvel outil pour étudier l’Univers. Une nouvelle fenêtre s’ouvre sur le monde.»

 

Fabiola Gianotti, directrice générale du CERN

«L’importance de ce résultat pour la physique est immense. Il y a quatre ans, au CERN, nous avons fini de confirmer le Modèle standard, avec la découverte du boson de Higgs, porteur du mécanisme de Brout-Englert-Higgs. Il s’agissait de la dernière pièce manquante du Modèle, théorie quantique qui décrit les particules fondamentales et toutes leurs interactions, à l’exception de la gravité. Cette découverte, quant à elle, ouvre la voie à une amélioration significative de notre compréhension de la gravité grâce à de futures mesures des ondes gravitationnelles. Des résultats aussi importants sont très rares, et c’est un privilège de pouvoir les vivre. Ils nous encouragent également à essayer de relever le plus grand défi de notre époque en physique : réconcilier la relativité générale et la mécanique quantique.»
 

Ismaël Cognard, Université d’Orléans

«Suite aux améliorations techniques qui lui ont été apportées et à sa remise en service en 2015, LIGO est rapidement parvenu à détecter des ondes gravitationnelles. Etonnamment, elles proviennent de la fusion de deux trous noirs massifs, alors qu’on pensait ce type d’événement rare! Est-ce un coup de chance ou sont-ils plus fréquents qu’on l’imaginait? En tout cas, il est probable que de tels phénomènes seront de nouveau observés au cours de l’année à venir, soit par LIGO, soit par le détecteur européen VIRGO. De quoi faire beaucoup progresser les connaissances scientifiques autour de ces objets mystérieux…»

Lire aussi : Des ondes gravitationnelles détectées pour la première fois: une révolution en cosmologie!

Philippe Jetzer, Université de Zurich

«Les ondes gravitationnelles qui ont été détectées par LIGO vont beaucoup nous apprendre sur les trous noirs. Elles pourraient également compléter nos connaissances sur la gravité elle-même. La plupart des expériences qui la testent se font sous des régimes dits faibles, autrement dit en condition de gravité basse. Avec ces ondes gravitationnelles, nous pourrions en savoir plus sur le comportement de cette force lorsqu’elle est très élevée. Sur un plan plus pratique, j’espère que tout cela va accélérer le développement des autres détecteurs d’ondes tels que Lisa, dont un premier élément a été lancé dans l’espace fin 2015.»

Thierry Courvoisier, Université de Genève

«Cela faisait des décennies que les physiciens cherchaient à observer des ondes gravitationnelles. Une preuve indirecte de leur existence avait déjà été obtenue dans les années 1970, lors de l’observation d’un couple d’étoiles à neutrons dont l’accélération correspondait précisément à ce qui était prévu par la théorie, en prenant en compte l’émission d’ondes gravitationnelles. Cette découverte avait valu le prix Nobel de physique aux Américains Joseph Taylor et Russell Hulse en 1993. Aujourd’hui, on va encore plus loin en détectant ces ondes directement: c’est une avancée majeure!»

Publicité