sociologie

«Les Roms sont un bouc émissaire rêvé»

Selon une enquête de terrain à Lausanne, tout ce que l’on croit savoir sur la mendicité est faux. Nos représentations erronées remontent à la fin du Moyen Age

«Les Roms sont un bouc émissaire rêvé»

Sociologie Selon une enquête de terrain à Lausanne, tout ce que l’on croit savoir sur la mendicité est faux

Nos représentations erronées remontent à la fin du Moyen Age

Tout ce que nous croyons savoir sur la mendicité dans nos villes en général, et sur les mendiants roms en particulier, est faux. Fausse, l’idée des réseaux qui exploitent les mendiants. Fausses, nos représentations des gains de la mendicité. Complètement fausse, notre vision de l’identité des Roms... C’est ce qui ressort d’une étude de terrain menée dans le canton de Vaud par les sociologues Jean-Pierre Tabin (de la Haute Ecole de travail social et de la santé EESP Lausanne), René Knüsel (de la Faculté des sciences sociales et politiques de l’Université de Lausanne) et Claire Ansermet (de la Haute Ecole de santé Vaud). Les résultats de la recherche, exposés dans un ouvrage* publié avec le soutien du Pôle de recherche national LIVES et de la HES-SO, montrent que nos représentations actuelles sont en porte-à-faux avec la réalité – et qu’elles s’enracinent. au contraire, dans un lointain passé…

Le Temps: Comment se mettent en place nos représentations?

Jean-Pierre Tabin: On est passé d’une idée médiévale de la pauvreté et de l’aumône comme des moyens d’atteindre le paradis à une méfiance généralisée envers les personnes qui s’adonnent à la mendicité. Dès le XIVe-XVe siècle, suite aux mouvements migratoires de la fin du Moyen Age et au développement de la misère urbaine, la distinction entre «bons» et «faux» mendiants se met en place. Ce n’est pas la pauvreté qui est mise en question, mais l’honnêteté des mendiants. Deuxième facteur: depuis que l’Etat commence à prendre en charge le bien-être de la population, à partir de la fin du XIXe siècle, ces manifestations de pauvreté et ces sollicitations de dons auprès des passants paraissent incongrues. La mendicité paraît dès lors anachronique. On ne comprend pas pourquoi ces gens mendient. On continue donc à dire, comme depuis la fin du Moyen Age, que derrière les mendiants, il y a des réseaux criminels, qu’il y a quelque chose de malhonnête là-dessous, qu’il ne s’agit pas simplement de pauvreté.

– Passons en revue les écarts entre les faits et les représentations. Les réseaux qui contrôleraient les mendiants roms, pour commencer…

– Nous n’avons pas trouvé de traces de «réseaux» dans le sens où l’entendent les médias et les politiques, c’est-à-dire d’une organisation qui exploite les mendiants. Ce qui ne veut pas dire que ces gens ne sont pas organisés. La plupart du temps, ils organisent leur venue sans leurs enfants, faisant en sorte que quelqu’un – la famille ou un groupe plus large dans le village – les garde et assure leur scolarité. Contrairement à ce qu’on affirme souvent, cette population est normalement soucieuse du bien-être de ses enfants.

– La mendicité serait une tradition…

– En ayant lu à peu près tout ce qui est paru sur les Roms et en ayant interrogé les gens concernés, nous pouvons affirmer que la mendicité n’est pas du tout une activité coutumière, traditionnelle. Le terme «Roms» désigne un «groupe d’amalgames», un agrégat curieux. Cela conduit à qualifier les mendiants de «gens du voyage», alors que les personnes qu’on voit dans nos rues sont issues d’autres groupes, sédentarisés depuis plusieurs décennies. La plupart des mendiants observés à Lausanne viennent de certaines régions de Roumanie, mais il y a aussi des Bulgares, des Hongrois et des populations d’ex-Yougoslavie qu’on qualifie de «Roms». Ces gens avaient du travail avant la chute des régimes communistes et ils s’en sont trouvés dépossédés. Dans le livre, nous donnons l’exemple de Barbulesti, village roumain d’où viennent de nombreux mendiants: leur principal employeur était une usine de sucre, désaffectée lors des manœuvres qui ont suivi la chute de Ceausescu. Ce ne sont pas seulement les Roms qui ont perdu leur travail, ce sont les Roumains en général. Mais les Roms étant victimes de racisme là-bas, leur situation est pire… La mendicité n’est donc pas une activité usuelle. En revanche, elle est mise en scène, d’une certaine façon, pour apitoyer le passant. Mais tout cela est très bricolé. Les gens font ce qu’ils peuvent.

– Les gains seraient importants…

– On n’est pas les seuls à avoir fait ce constat, en effectuant des observations systématiques: le gain de la mendicité est dérisoire. C’est l’indifférence qui domine de la part des passants. Quelques rares fois, un passant manifeste un peu d’agressivité. Et puis, de temps en temps, quelqu’un donne 2 francs. Ça fait beaucoup d’heures de travail pour pas grand-chose. Mais pour les gens qui mendient, ce maigre pécule n’est pas négligeable.

– Il s’agirait de délinquants…

– A chaque fois que la police a apporté des éléments là-dessus, elle a été claire: ils ne génèrent pas d’augmentation de la criminalité. En étudiant la presse, on observe un amalgame: il y a des gens qui viennent perpétrer des vols dans les appartements et à qui on attribue, à tort, une origine rom. Les mendiants n’ont pas de lien avec la criminalité, sauf si on définit celle-ci de manière plus large: si on dit que rester sur un parking sans payer l’horodateur, jeter ses ordures, déféquer ou uriner dans la rue, faute de toilettes publiques, relève de la criminalité.

– Comment expliquer la persistance de représentations si erronées?

– Nous observons une «rhétorique de l’évidence». On vous dit simplement que les choses sont comme ça, et on les affirme de manière répétitive, au Tribunal fédéral, dans l’administration, dans la presse, au sein des partis… C’est très difficile d’aller à l’encontre de cette unanimité. Je l’ai constaté jusque dans mes relations interpersonnelles… Si je dis «Je travaille sur la mendicité rom», je n’ai pas le temps d’ajouter grand-chose: les gens s’expriment comme s’ils savaient, ils ont un avis définitif. Il faut dire que la population qualifiée de rom est un bouc émissaire rêvé: elle n’a pas de lobby pour la défendre, elle est définie de manière floue, on peut donc proférer des choses sur elle sans que qui que ce soit vous contredise… Il faudrait analyser cela de manière plus approfondie, mais on peut penser que ces représentations des Roms participent du rejet des étrangers dont on a vu les effets lors du vote du 9 février… En ce qui nous concerne, nous avons fait notre première enquête sur un mandat d’un service du canton de Vaud. Mais comme nos résultats ne confortaient pas l’opinion dominante, ils étaient inaudibles pour la classe politique et n’ont pratiquement pas été utilisés dans les débats.

– Que recommandez-vous?

– Des actions pour lutter contre les stéréotypes et des politiques sociales développées pour et avec la participation des populations concernées. Dans le livre, nous évoquons des mesures prises dans certaines régions de France et d’Italie sur le plan du logement et de l’accès à l’emploi. La politique d’humanité que nous préconisons est tout à fait conforme à la Constitution helvétique – mais il faut la prendre au sérieux.

* Lutter contre les pauvres. Les politiques face à la mendicité dans le canton de Vaud, Jean-Pierre Tabin & René Knüsel, avec la collaboration de Claire Ansermet, Editions d’En Bas, 147 p.

Publicité