Globalisation

La «guerre des civilisations» démontée par Raphaël Liogier

Le sociologues et philosophe français, spécialiste du religieux, invite dans ses deux nouveaux ouvrages à remiser les images aveuglantes et à renouer avec les faits

Raphaël Liogier a deux nouvelles pour nous. L’une est bonne: La guerre des civilisations n’aura pas lieu. L’autre est mauvaise: l’Europe souffre depuis soixante ans d’un Complexe de Suez dont l’aggravation actuelle cause «le vrai déclin français et du continent». Avec les deux ouvrages portant ces titres (et avec Le mythe de l’islamisation. Essai sur une obsession collective, qui ressort en poche avec une nouvelle postface post-13 novembre), le sociologue et philosophe, professeur à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence et directeur de l’Observatoire du religieux, remonte le courant des croyances générales, en s’appuyant sur un travail empirique et sur l’épreuve des faits.

– La dégradation de l’image que l’Europe a d’elle-même remonterait à la crise de Suez…

– Raphaël Liogier: En 1956, le président égyptien Nasser, leader des pays «non-alignés» (qui ne se considéraient «alignés» ni avec les Etats-Unis, ni avec l’Union Soviétique), nationalise le canal de Suez. La France et le Royaume-Uni, avec Israël, réagissent en s’emparant militairement du canal pour protéger leurs avoirs. Les Soviétiques voient là une opportunité de faire passer l’ensemble des pays non-alignés de leur côté en défendant Nasser; ils vont jusqu’à menacer d’employer l’arme nucléaire. Les Américains entrent alors en scène et, pour la première fois, lâchent la France et le Royaume-Uni en leur disant, en gros: on arrête de jouer, on ne va pas risquer une guerre nucléaire pour quelques restes d’une puissance coloniale qui n’existe plus, rentrez chez vous…

L’Europe avait déjà vu s’effriter sa prééminence militaire face aux Etats-Unis lors de la Première Guerre mondiale. Suite à la Seconde guerre, elle avait perdu sa prééminence économique avec les accords de Bretton Woods, qui instauraient le dollar comme monnaie mondiale, et avec le plan Marshall, qui reconstruisait le continent à travers le dollar. Le processus de la décolonisation s’était engagé juste après. L’affaire de Suez est à mon sens la manifestation la plus forte d’une nouvelle prise de conscience: les Européens ne sont plus ce qu’ils étaient sur le plan symbolique, c’est-à-dire dans le regard sur eux-mêmes.

– Un scénario semblable se déroule en 2003, lors de la guerre d’Irak.

Le fait que l’humanité fonctionne en dollars permet aux Etats-Unis de se financer aux dépens du reste du monde, en produisant des billets et en créant de l’inflation. Le Gold Exchange Standard, mis en place en 1944, garantissait la convertibilité du dollar en or, mais il est abandonné en 1971. Les Etats-Unis trouvent dès lors une autre façon de garantir la puissance du dollar, en l’imposant comme monnaie d’échange pour tous les achats de pétrole. Ils obtiennent cette garantie de l’Arabie saoudite, leader des pays exportateurs, en lui offrant en échange une protection absolue. D’où cette alliance, qui a l’air contre nature, entre les Etats-Unis et un pays qui finance le terrorisme…

Lire aussi: Syrie, un siècle sous influence

Les choses se gâtent en 2000, lorsque Saddam Hussein demande à échanger le pétrole irakien contre des euros, et que d’autres producteurs manifestent la velléité de faire pareil. Une augmentation importante de la part de l’euro dans les échanges mondiaux aurait mis la société américaine, la plus endettée du monde, face à un danger d’effondrement pire qu’en 1929. C’est ainsi que la première mesure prise par le gouverneur provisoire américain en Irak est le rétablissement de l’échange obligatoire du pétrole contre des dollars. Dans ce sens, il s’agissait là d’une guerre contre l’Europe…

C’est de cette époque que date le développement de la nouvelle mouvance populiste, qui touche tous les pays. Chez vous, en Suisse, une formation classique comme l’UDC devient progressivement un parti qui s’apparente au Front national en France, c’est-à-dire un parti réactif, fondamentaliste, qui affirme protéger les valeurs nationales des «vrais Suisses» face aux «faux». Ces populismes n’ont plus de programme réel. Lorsque Marine Le Pen parle de sortir l’euro, par exemple, ce n’est pas pour des raisons économiques, mais pour retrouver le franc en tant qu’emblème national. C’est aussi de cette époque que date la diffusion de l’expression «islamisation rampante», alors qu’en réalité le pourcentage de musulmans en Europe n’a quasiment pas augmenté. On voit surgir une vision selon laquelle en l’espace de cinquante ans l’Europe deviendrait islamique; ce qui est impossible du point de vue démographique, comme je l’ai montré dans Le Mythe de l’islamisation.

– Plutôt que des différences inconciliables entre religions (ou civilisations), vous observez dans le monde actuel trois postures religieuses qui traversent les frontières confessionnelles. Le spiritualisme inclut un «New Age généralisé», devenu «imperceptible comme un bruit de fond», mais aussi le bouddhisme occidentalisé, le néo-soufisme des élites musulmanes marocaines et le néo-judaïsme de la Kabbale. Le charismatisme, avec ses incarnations catholiques, protestantes, musulmanes (les «télécoranistes» égyptiens) et bouddhistes (Sōka Gakkai), serait caractéristique des pays et des populations fragiles sur le plan socio-économique. La troisième posture est le fondamentalisme…

Celui-ci prédomine chez ceux qui ont le sentiment de ne pas être reconnus, qui souffrent d’un déficit de ce que le sociologue Pierre Bourdieu appelait «capital symbolique». Si cette perception se retrouve plus fortement chez les musulmans, c’est parce que la zone maghrébine-proche-orientale a été la première a être frustrée pas les effets de la colonisation: c’est donc dans ces espaces que se construit le fondamentalisme anti-occidental. Le fondamentalisme traverse par ailleurs toutes les religions, comme un champ magnétique: on le retrouve dans le christianisme (par exemple chez des protestants américains), le judaïsme (les ultra-orthodoxes) et le bouddhisme (par exemple au Sri Lanka). Ces postures sont liées à des frustrations qui se saisissent du religieux.

Aujourd’hui, il existe un fondamentalisme musulman qui est presque exclusivement axé sur les mœurs, qui rappelle un peu les Amish aux Etats-Unis. Il est régressif, oui, mais il est absolument opposé au terrorisme. Les mosquées qu’on veut fermer en France et les leaders musulmans auxquels qu’on attaque en tant que fondamentalistes sont d’ailleurs eux-mêmes dans le collimateur de Daech, qui les voit comme ses principaux ennemis, parce qu’ils opèrent sur le même marché des individus en déshérence. Je le sais, j’ai travaillé là-dessus depuis le 13 novembre avec mes étudiants… Ce fondamentalisme endoctrine les individus en les éloignant du djihadisme et en les axant sur le fait d’être un musulman pur, qui marche, se lave les dents, fait l’amour, mange et s’habille comme un musulman… Pour ces gens-là, le terrorisme est impur.

– Vous montrez en effet comment les djihadistes des années 2010 ont décroché du fondamentalisme.

Dans le grand bain informationnel du monde globalisé, la frustration créée ce que j’appelle un marché global de la terreur. Al Quaïda fonctionnait sur l’idéologie, les terroristes de 2001 étaient tous passés par des universités. Les terroristes des années 2010 sont, eux, dans une logique qui n’a quasiment plus rien à voir avec l’islam. Ils s’affilient à Daech, qui les accepte moyennant l’adhésion à un certain nombre de points, comme dans une filialisation hôtelière. En contrepartie, Daech leur fait de la publicité, leur donnant une visibilité mondiale…

Ayant dirigé le seul laboratoire qui avait travaillé sur les profils de ces nouveaux terroristes avant les attentats de janvier 2015, j’ai été le premier à être auditionné à l’Assemblée nationale par la Commission d’enquête sur la surveillance des filières et des individus djihadistes, avant même le ministre de l’Intérieur, qui n’avait pas l’information que nous avions. Je leur ai dit ce que je n’ai cessé de répéter: ce sont des individus pas éduqués, des voyous de quartier qui ont un désir de revanche, d’être des caïds. Ils ne parlent pas l’arabe et sont embrigadés sans être endoctrinés… Face à cela, quelqu’un comme Manuel Valls n’arrive pas à prendre des décisions efficaces parce qu’il est immergé dans l’idée de la guerre des civilisations. Il fait donc des choix qui sont mauvais pour notre sécurité à tous. En disant ça, je suis pas en train de défendre l’islam, mais de souligner que les décisions politiques sont inefficaces, que les responsables ont une mauvaise vision de la situation, qu’ils sont aveuglés.

– L’islam serait le vernis plutôt que le moteur du terrorisme…

– L’islam est une religion. Comme toutes les religions, il n’est pas un vecteur de guerre ou de paix, il n’est ni violent, ni pas violent. L’objet de la religion, c’est la transcendance: sortir de sa condition mortelle, sublimer la vie avec toutes ses difficultés. Ensuite, les religions s’écrivent dans l’histoire. Dès le début, on voit des débats au sein de l’islam, avec des théologiens qui disent: il y a des versets qui sont fondamentaux, d’autres qui relèvent uniquement de la période et qu’il faut donc dépasser. Il existe des fondamentalistes qui sont d’accord avec cette idée, et d’autres, les littéralistes wahhabites ou salafistes, qui disent: non, il faut tout prendre à la lettre. Relevons au passage que si on prenait tout à la lettre de la Bible hébraïque, ce serait bien pire: la polygamie, par exemple, est limitée par le Coran à quatre femmes, parce qu’elle était trop pratiquée auparavant, alors que dans la Bible, elle est illimitée; pareil pour la violence commandée par le Tout-Puissant, qui dans la Bible est illimitée…

Il y a des conditions historiques, qui remontent à campagne d’Egypte de Napoléon en 1798 et au XIXe siècle, dans lesquelles l’islam est devenu le porte-flambeau de l’anti-occidentalisme. Dans ce cadre, le Coran est réinterprété comme une incitation à guerroyer. C’est intrinsèque aux humains de justifier narrativement leurs actions. J’appelle cela «le désir d’être quelqu’un»: pas seulement le désir de survivre, le désir d’être. Ce désir, à un moment donné, a besoin de structures plus ou moins religieuses, du mythe de soi-même. L’islam a été utilisé pour ça.

– Vous relevez aussi que le fondamentalisme islamique s’est nourri des penseurs anti-modernes européens (Heidegger, Jünger…), donc, quelque part, du même bouillon de culture qui nourrit la pensée «différencialiste» occidentale, selon laquelle les cultures, comme les espèces animales, ne peuvent s’hybrider…

Ce discours différencialiste devient la couleur dominante du tableau intellectuel européen. Les ouvrages à teneur différencialiste – ceux d’Eric Zemmour, d’Alain Finkielkraut ou de Renaud Camus – sont tous des best sellers. C’est inquiétant, parce qu’à un moment donné, on ne va plus s’en rendre compte et on va élire des gens qui auront des politiques privatives de liberté… C’est le danger de ce que j’appelle «populisme liquide», sans programme, purement réactif, qui va user les rouages de la démocratie.

Il faut noter que c’est pas le cas dans le reste du monde. Au Canada – à part au Québec, qui se sent encerclé parce qu’il imite la France – et aux Etats-Unis, par exemple, ce n’est pas une ambiance générale comme en Europe. Il faut aussi dire qu’on se permet d’exprimer plus facilement ce discours au sujet des musulmans, mais en réalité il peut s’appliquer à tout le monde. Vous avez vu, dès qu’il y a eu les Roms, comment on leur est tombé dessus…

– Il faut, concluez-vous, instaurer une forme de gouvernance globale.

– On peut l’imaginer multicentrée, avec une protection des intérêts locaux et un horizon global, car il s’agirait de gérer l’humanité. Je donne comme exemple la Suisse, qui portège les identités cantonales et régionales et en même temps assure une unité dans la diversité. Je ne veux pas dire qu’il faudrait faire du monde une gigantesque Suisse… Il faudra sans doute inventer quelque chose de nouveau.


«Le complexe de Suez. Le vrai déclin français et du continent européen» (Editions Le Bord de l’eau, 177 p.)
«La guerre des civilisations n’aura pas lieu. Coexistence et violence au XXIe siècle» (CNRS Editions, 238 p.)
«Le mythe de l’islamisation. Essai sur une obsession collective» (Seuil, 212 p.)

Publicité