Psychologie

Jamais contents… ces râleurs incompris

Ils rouspètent à longueur de journée, pour tout et rien. Mais au fond, que cherchent-ils communiquer?

Encore ce réveil qui sonne trop tôt. Personne n’a pensé à racheter de café, les enfants ont laissé des miettes sur la table, le chien du voisin nous saoûle en aboyant sous la fenêtre, les gens sur la route conduisent tous comme des pieds (sauf moi bien sûr), au boulot l’ordinateur est toujours aussi lent, la semaine s’annonce pourrie. «Ça m’énerve», chantait Helmut Fritz à la fin des années 2000.

Du lever au coucher, il y aurait des dizaines d’occasions de râler. Et certains ne s’en privent pas. Un cercle destructeur qui, en plus de plomber celui qui en est à l’origine, contamine l’entourage. Si le rouspéteur professionnel est assez vite repéré par ses lamentations, soupirs et grognements (pfff, rhoooo, raaaah...), il est plus compliqué de comprendre les raisons de cette attitude, et de l’aider à s’en sortir. Oui oui, de l’aider. Car même si l’on aurait tendance à se dire «quel pénible celui-là, qu’il aille ronchonner ailleurs», il y a moyen de casser cette négativité ambiante.

Lire aussi: Ceux qui sont toujours en retard

«Le râleur est plutôt en colère, explique Pascale Roux, psychologue spécialiste en coaching. Au lieu d’exprimer ce qu’il voudrait, il va exprimer ce qui le fait souffrir.» Un conjoint qui formule des reproches à longueur de journée? Un collègue qui peste à la moindre occasion? Faites-lui remarquer que vous avez noté que quelque chose n’allait pas pour lui, et demandez-lui sur quels points vous pouvez lui donner un coup de main. Encouragez-le à faire des demandes. Une démarche qui paraît toute bête, mais qui n’est pas si facile à adopter. «Demander, c’est accepter que l’autre puisse dire non. Alors qu’en faisant des reproches, la personne en face ne peut pas répondre. C’est une forme de rapt» analyse Pascale Roux.

Si tu m’aimes, tu dois savoir de quoi j’ai besoin!

«Si je vois quelque chose qui ne me plaît pas, je rouspète», raconte Jacqueline *, qui pense avoir hérité de son père ce côté bougon. «Mais c’est vrai que je ne dis pas souvent ce que je veux. Le problème, c’est que si je demande, je sais que mon mari va me répondre: «Si tu n’es pas contente, fais-le toi-même.» Jacqueline serait-elle tombée sur un os?

On ne naît pas forcément râleur, on le devient. A travers l’éducation, la culture, un environnement positif ou non. Mais selon la psychologue, ce fonctionnement vient de très loin. «Le bébé râle pour manger, pleure pour exprimer son inconfort, sa frustration. C’est aux parents d’identifier ce qui ne va pas. Un raccourci se crée alors dans sa tête: s’il râle, on lui apporte ce qu’il veut. Certains adultes n’ont pas fait la mise à jour de cette information…»

Ce qui, en couple, peut provoquer des situations dramatiques. Un homme qui aimerait que sa femme lui offre des fleurs de temps en temps (ou l’inverse) traduira sa frustration par une phrase comme: «De toute façon tu ne m’aimes plus, je ne suis pas assez bien pour toi.» La conclusion catastrophique qui se forme dans son esprit étant: «Si tu m’aimais vraiment, tu saurais de quoi j’ai besoin pour me sentir aimé.»

21 jours pour créer une connexion neuronale

C’est souvent l’entourage qui fait remarquer à un râleur son attitude infernale. Le râleur, lui, aura du mal à juger son comportement tout seul. Une fois que l’on sait que l’on fait partie du clan des rouspéteurs, il faut se retrousser les manches et se mettre au boulot pour inverser la vapeur. Identifier la frustration qui monte, comprendre le besoin qui se cache derrière cet agacement, régler le problème soi-même, et/ou apprendre à faire des demandes même si l’on est peu habitué à ça. «On peut s’entraîner à formuler, par exemple, cinq demandes par jour. Il y a une plasticité cérébrale qui permet de changer de comportement.» Il faut 21 jours pour créer une connexion neuronale. Que ce soit pour arrêter de râler, ou pour d’autres fonctionnements simples mais bien ancrés.

L’histoire ne dit pas si le chanteur Helmut Fritz a suivi les conseils des psys après avoir sorti son tube «Ça m’énerve», mais il semble que plus personne ne l’entend râler depuis quelques années...

Lire aussi: Rituels, je me lève et je te bouscule…

Publicité