Fête 

Au Pakistan, le président demande aux jeunes d'éviter la Saint-Valentin 

Mamnoon Hussain déconseille aux étudiants cette fête, «sans lien» avec la culture pakistanaise. Un parti islamiste la décrie comme «inutile et obscène». Des manifestations s'y sont aussi opposées en Indonésie. Aux Etats-Unis, les autorités s'inquiètent, elles, d'oeufs nuisibles dans les fleurs importées

Le président pakistanais Mamnoon Hussain a appelé la jeunesse de son pays à ne pas célébrer la Saint-Valentin. Cette fête d'origine catholique irrite les conservateurs dans un pays très majoritairement musulman.
«La Saint-Valentin n'a pas de lien avec notre culture et elle doit être évitée», a déclaré le président à des étudiants lors d'un hommage vendredi soir à un héros de l'indépendance. Il leur a demandé de se concentrer plutôt sur leurs études.

«Inutile et obscène» aux yeux d'un parti islamiste

A Peshawar, capitale de la province du Khyber-Pakhtunkhwa, l'assemblée locale a voté à l'unanimité en fin de semaine une résolution interdisant la fête des amoureux. «Une partie spécifique de notre société veut imposer les valeurs et la culture occidentales à notre jeunesse avec la Saint-Valentin», peut-on lire dans la résolution, présentée par un élu du parti islamiste Jamaat-e-Islami. «Il n'y a pas de place dans notre culture et notre civilisation pour un jour aussi inutile et obscène, dont le but est de répandre la vulgarité et l'indécence au sein de notre jeunesse», est-il écrit.

Manifestations en Indonésie 

La police du très conservateur district de Kohat, dans la même province, a aussi reçu la consigne d'empêcher toute célébration de la Saint-Valentin. Malgré ces interdictions, des magasins de Peshawar vendaient ouvertement des objets liés à cette fête, comme des chocolats, selon un journaliste de l'AFP sur place.

En Indonésie, des manifestants ont aussi appelé au boycotte de la célébration dans la capitale et dans d'autres villes du pays. 

Les fleurs importées passées au peigne fin aux Etats-Unis

Aux Etats-Unis, les autorités ont de toutes autres préoccupations en rapport avec la fête de la Saint-Valentin. De toutes les fleurs offertes par les amoureux américains à la Saint-Valentin, neuf sur dix sont importées via l'aéroport de Miami, où la police des frontières scrute très attentivement les bouquets en quête d'éventuels nuisibles cachés entre les pétales. Leur préoccupation n'est pas qu'un rendez-vous amoureux soit gâché par un insecte, mais la menace que représentent certaines petites bêtes pour l'agriculture.

Dispositif spécial durant quinze jours 

La première quinzaine de février donne donc lieu à un dispositif spécial permettant aux agents de la police des frontières (CBP) d'examiner un milliard de fleurs et plantes livrées pour le 14 février. «Je viens juste de trouver une grappe d'oeufs sur les feuilles», a commenté l'un de ces agents, Edward Putland, qui travaille dans une zone réfrigérée pour conserver la fraîcheur des délicats pétales. Ces oeufs trouvés dans une cargaison en provenance du Costa Rica seront envoyés pour identification à l'USDA, le ministère américain de l'Agriculture. 

Publicité