SCOOP TOUJOURS

«J'ai l'honneur de demander ma main»

Plus chic que le célibat, moins risqué que le couple classique, la sologamie - se marier avec soi-même - devient tendance. 

Dans un épisode de «Sex and the City», Carrie Broadshow, fatiguée d’attendre son Prince charmant, décide de se passer la bague au doigt. L’héroïne donne un nom à son auto mariage, la sologamie. Dans la vraie vie, la première à s’être dit «oui» pour le meilleur et pour le pire était une certaine Linda Baker, en 1993. Depuis, elle a fait des émules. Au Japon, il existe même une société qui fournit tous les services nécessaires à une inoubliable autocélébration.

Évidemment, cette union n’est pas légale mais certains militent pour qu’elle le devienne. En France notamment où certains demandent que l’alliance avec soi-même bénéficie des mêmes avantages fiscaux qu’un couple marié.

«Vous êtes l’élue»

Pourquoi s’épouse-t-on? Les motivations sont diverses: être «la princesse enchantée de son propre royaume»; ne plus chercher vainement la perle rare – «Vous n’attendez plus l’élu, vous êtes l’élue» selon l’auteure anglaise Sophie Tanner qui s’est épousée en 2014 –; apprendre à s’aimer pleinement, gagner en confiance en soi. Mais surtout en finir avec le statut de célibataire.

La sologamie est un engagement pris devant témoins, une célébration souvent immortalisée sur les réseaux sociaux, la consécration d’un choix, tandis que le célibat est un statut par défaut. Mathématiquement, cela se discute pourtant. En me mariant avec moi-même, suis-je «moi» au carré? Ou est-ce qu’en épousant ma moitié, je ne vaux plus qu’un quart?

Pratique confidentielle

Même si la pratique reste confidentielle, et touche quasiment que les femmes, certains médias en parlent comme d’une véritable tendance. Le très sérieux «The Guardian» et le site «Slate» ne manquent pas une occasion d’en rendre compte. Le sujet, il est vrai, ouvre un champ infini de questions. L’alliance avec soi implique-t-elle un dédoublement de la personnalité? Suis-je une joyeuse infidèle ou une pauvre trompée en cas d’aventure d’un soir? Et que faire si je ne me supporte plus? Comment divorcer? Pire: comment vivre avec soi quand on est sa propre ex?

Mais il en va de la sologamie comme des mariages normaux: on ne pense jamais à la suite. (Et pas toujours au début non plus)

Publicité