FIFA

Corruption à la FIFA: 80 millions de francs bloqués par la justice suisse

Dans le cadre de l'enquête sur la corruption à la FIFA, l'entraide entre la Suisse et les Etats-Unis s'accélère


 1  Treize comptes bancaires bloqués 

80 millions de dollars ont été bloqués sur 13 comptes bancaires par la justice suisse, dans le cadre de la demande d'entraide judiciaire américaine sur le scandale de corruption autour de la Fifa, a précisé mercredi l'Office fédéral de la justice (OFJ) à Berne dans un communiqué. Le 17 décembre, l'OFJ avait déjà indiqué que les fonds bloqués se situaient entre 50 et 100 millions de francs suisses.

Dans ce communiqué de mercredi, l'OFJ précise également avoir transmis aux Etats-Unis les documents bancaires réclamés par la justice américaine. Concrètement il s'agit de documents sur des comptes bancaires en Suisse sur lesquels auraient transité des dessous-de-table et pots-de-vin pour l'octroi de droits de marketing sur des tournois organisés en Amérique Latine et aux Etats-Unis.


 2  Le point sur les extraditions

L'OFJ fait par ailleurs le point sur les 9 fonctionnaires de la Fifa arrêtés à Zurich les 27 mai et 3 décembre dernier, à la demande de la justice américaine.

Quatre de ces neuf fonctionnaires avaient consenti à être extradés aux Etats-Unis. Il s'agit de Jeffrey Webb (Iles Caïman), ancien vice-président de la Fifa, du Brésilien Jose Maria Marin, ancien président de la Fédération brésilienne, de le Paraguayen Juan Angel Napout, ex-président de la Conmebol (la Confédération d'Amérique du Sud), et de l'ancien président de la Fédération costaricienne de football, Eduardo Li, remis respectivement aux autorités américaines les 15 juillet, 2 novembre, 15 décembre et 18 décembre. L'Uruguayen Eugenio Figueredo, a lui été remis le 24 décembre aux autorités de son pays.

Il reste quatre personnes encore en prison en Suisse, qui continuent à s'opposer à leur extradition: le Nicaraguayen Julio Rocha, ex-responsable du développement de la Fifa et ancien président de la Fédération du Nicaragua, le Britannique Costas Takkas, ancien collaborateur de Jeffrey Webb et ancien secrétaire général de la Fédération des îles Caïmans, le Vénézuélien Rafael Esquivel, ex-membre du comité exécutif de la Conmebol et ex-président de la Fédération du Venezuela, et le Hondurien Alfredo Hawit, membre du Comité exécutif de la Fifa.


 3  L'affaire de la société de marketing ISL-ISMM

L'OFJ a également précisé que les Etats-Unis s'intéressent désormais aussi à un vieux dossier de la Fifa, celui des pots de vins versés par des responsables de la société de marketing ISL-ISMM, classé en 2010. Les Etats-Unis ont demandé que ce dossier leur soit transmis, et l'OFJ a accepté que des fonctionnaires américains viennent en Suisse pour assister aux opérations de sélection de ces dossiers, conservés dans le canton de Zoug.

Ces dossiers, équivalent à une cinquantaine de gros classeurs, «sont actuellement examiné par l'OFJ, y compris au plan de leur utilité pour la procédure américaine»

Le 11 mai 2010, le Ministère public du canton de Zoug avait rendu une ordonnance de classement dans cette affaire de gestion déloyale visant la FIFA et les Brésiliens Ricardo Terra Texeira et Joao Havelange. Les deux hommes avaient touché de juteuses rétro-commissions d'ISL-ISMM en échange de contrats passés pour la Coupe du Monde. Ils n'avaient cependant pas été poursuivis car au moment des faits la loi suisse n'interdisait pas de tels versements. Joao Havelange a présidé la Fifa jusqu'en 1998 et Ricardo Texeira la puissante fédération brésilienne de football jusqu'en 2012.

Publicité