Temps additionnel

Les cinq questions de la semaine sportive

A qui profite le mercato d'hiver? Le HC Fribourg-Gottéron a-t-il touché le fond? Peter Prevc a-t-il déjà gagné la Tournée des Quatre-Tremplins?


A qui profite le mercato d'hiver?

Le coup d'envoi du mercato a été donné, entre le 1er et le 4 janvier, dans les grands championnats européens. De nombreux transferts ont déjà été conclus, mais les plus gros coups attendront un peu. Joueurs et clubs en sont aux déclarations (untel «veut partir», untel «n'est pas à vendre», untel «coûte tant»). C'est que cette grande foire à l'embauche de mi-saison peut profiter à tout le monde. D'un côté, les clubs cherchent à affiner leur effectif en vue d'atteindre un objectif réactualisé (tiens, le titre est à portée; faisons un petit effort). De l'autre, les joueurs qui ont brillé durant l'automne peuvent espérer décrocher un contrat revalorisé ou s'engager pour une équipe prestigieuse (Hatem Ben Arfa par exemple), pendant que ceux qui sont dans le dur rêvent de trouver un nouveau souffle ailleurs (Gökhan Inler).

Mais, surtout, le mercato profite aux puissants. A ceux qui ont les moyens de leurs ambitions. Ainsi, surtout, des deux poids lourds du football espagnol (le Barça, qui peut à nouveau recruter après une interdiction de deux ans, et le Real) et des clubs anglais, qui se répartissent des sommes records grâce aux droits de retransmission télévisée. Les mouvements les plus impressionnants devraient être observés outre-Manche: Arsenal serait notamment prêt à approcher les 60 millions d'euros demandés par le Borussia Dortmund pour son buteur Pierre-Emerick Aubameyang, et Manchester City aurait proposé 55 millions d'euros pour Leroy Sané (Schalke 04).


Le HC Fribourg-Gottéron a-t-il touché le fond?

Onze rencontres, onze défaites. Voilà ce qui s'appelle une série noire. Le HC Fribourg-Gottéron avait sans doute pris la résolution de profiter du changement d'année pour en finir avec ses déboires sportifs, mais elle n'aura pas résister à l'inertie qui tire les Dragons vers le bas. A peine entrés dans 2016 qu'ils ont déjà perdu deux fois contre les Langnau Tigers, deux fois 3-2, deux fois après prolongation. Bonjour la guigne. Conséquences: au classement, les hommes de Gerd Zenhäusern ne sont plus qu'un point au-dessus de la barre, et la position de l'entraîneur est fragilisée, même s'il semble toujours avoir le soutien de son vestiaire et de ses responsables.

Gerd Zenhäusern et Fribourg-Gottéron n'y arrivent plus. MARTIAL TREZZINI

Drôle de saison que celle des Fribourgeois, qui semble entièrement répondre à la loi des séries. Faut-il le rappeler: ils avaient commencé le championnat par huit succès consécutifs; leur meilleure entame depuis des lustres. Le HC Fribourg-Gottéron était-il devenu davantage qu'un modeste candidat aux playoffs? Dans Le Temps, Gerd Zenhäusern nuançait, conscient du double tranchant de la loi des séries. Une prudence qui tiendrait presque de la prémonition à la lumière des événements récents. Reste une vérité, réconfortante en l'occurrence: toutes les séries sont faites pour se terminer. Même les pires.


La magie de la Coupe, une exception française?

C'est l'un des innombrables lieux communs du football: la magie de la Coupe. En marge du championnat, qui constitue l'objectif prioritaire de tous les clubs, une sorte de mécanique mystique favoriserait les surprises, aiderait David à ajuster sa fronde pour vaincre Goliath. Avant une confrontation contre une équipe plus prestigieuse, tous les entraîneurs l'invoque. Dans les faits, le tour de passe-passe ne fonctionne que rarement. En Coupe de Suisse, cette année, les quatre demi-finalistes évoluent en Super League. Il faut revenir aux seizièmes de finale et à la victoire de Köniz (Promotion League) sur Grasshopper pour trouver le seul résultat profondément étonnant de l'édition.

Mais il faut bien l'admettre: en Coupe de France, les surprises sont fréquentes, et parfois spectaculaires, comme lorsque Quevilly (en 2010) ou Calais (en 2000) ont atteint la finale de la compétition. Ce week-end, les 32es de finale de l'édition 2015-2016 n'ont pas dérogé à la règle, avec la (large) victoire de Chambly (qui évolue en National, la troisième division) sur Reims (Ligue 1), 4-1, et celle de Granville (CFA2, la cinquième division) sur Laval (Ligue 2), 2-1. Bon, bien sûr, pendant ce temps, Limoges était battu 7-0 par Lyon et Saint-Jean Beaulieu 10-2 par Monaco. Renvoyés à leurs études d'apprentis-sorciers.


Peter Prevc a-t-il déjà gagné la Tournée des Quatre-Tremplins?

«Le saut dans la nouvelle année était juste parfait pour moi.» Voilà ce qu'a tweeté Peter Prevc le 1er janvier. Pas parce que son Réveillon avait été mémorable – on imagine qu'il s'était couché tôt – mais parce qu'il venait de s'imposer à Garmisch, à l'occasion du deuxième concours de la Tournée des Quatre-Tremplins. Dimanche, le sauteur à skis slovène a récidivé à Innsbruck. Il pointe en tête de la compétition austro-allemande, qui connaîtra son épilogue mercredi à Bischofshofen.

Peter Prevc a le sourire en ce début d'année. Stanko Gruden/Agence Zoom

Loin devant Simon Ammann, toujours en train de se battre pour retrouver sa sérénité à l'atterrissage suite à la modification de son télémark, Peter Prevc était le favori de la «Vierschanzentournee» au vu de ses magnifiques résultats de début de saison. Il confirme sa forme étincelante et, à 23 ans, tout indique qu'il inscrira son nom au palmarès de l'épreuve. Il compte 19,7 points d'avance sur Severin Freund, qui a lui-même estimé qu'il faudrait «un miracle» pour qu'il s'impose.


Pak Kwang-Ryong fera-t-il oublier Jocelyn Roux?

Le Lausanne-Sport a passé les Fêtes de fin d'année à une très agréable place de leader du classement de Challenge League. Une position pas forcément attendue, tant l'entraîneur Fabio Celestini avait annoncé qu'il allait poursuivre des objectifs à moyen terme. En avance sur son plan, son équipe a bien joué durant l'automne et les résultats ont suivi. Tout pour satisfaire les supporters de la Pontaise? A un détail près: ils ont eu la mauvaise surprise d'apprendre, peu avant Noël, que Jocelyn Roux, le meilleur buteur de l'équipe avec treize réalisations, allait rejoindre le FC Wil… deuxième du classement!

Pak Kwang-Ryong a revêtu les vêtements du LS ce lundi. LAURENT GILLIERON

Aujourd'hui, le nom du «remplaçant» de l'attaquant est tombé: Pak Kwang-Ryong arrive à Lausanne en provenance de Bienne, où il a marqué quatre fois en 17 apparitions cet automne. Il est un des rares internationaux nord-coréens à évoluer hors de son pays. Dans son communiqué, le club parle d'un joueur «dont les caractéristiques en font un des meilleurs attaquants de Challenge League». Il aura la lourde tâche de faire oublier un autre «étranger», le Genevois Jocelyn Roux, au sein d'un LS très majoritairement vaudois cette saison.

Publicité