Climat

La Suisse en état d’alerte sous une pluie diluvienne

Les précipitations ont atteint un record absolu en Suisse au mois de juillet, selon MétéoSuisse. Lacs et cours d’eau arrivent à saturation

La Suisse en état d’alerte sous une pluie diluvienne

Climat Les précipitations ont atteint un record absolu dans le pays au moisde juillet, selon MétéoSuisse

Lacs et cours d’eau arrivent à saturation

La Suisse s’achemine vers un record absolu: celui du mois de juillet le plus humide du siècle. «Il ne s’agit pas d’orages estivaux, isolés et ponctuels. Nous enregistrons une pluviométrie sans précédent dans de nombreuses stations météorologiques du pays», souligne Olivier Duding, de MétéoSuisse. «Il faut remonter aux années 1965 ou 1930 pour trouver des étés aussi pluvieux. Dans certaines régions, comme La Chaux-de-Fonds, les précipitations ce mois ont même dépassé ces maxima historiques!» s’exclame le spécialiste.

Le village le plus arrosé du pays? Les Avants, au-dessus de Montreux, avec 457 mm d’eau tombés depuis le début du mois, contre 165 mm en moyenne les années précédentes. Si le village romand détient cette triste palme, l’ensemble de la Suisse et du Liechtenstein subissent des pluies diluviennes depuis le début du mois.

Et ce n’est pas fini. Un nouveau front dépressionnaire inonde la Suisse en ce début de semaine. «Les quantités s’annoncent importantes entre lundi et mardi midi au Tessin, en Valais, dans le Jura et dans les parties occidentale et centrale du versant nord des Alpes. Les précipitations devraient atteindre entre 50 et 80 litres par mètre carré», prévenait lundi l’Office fédéral de l’environnement (OFEV), dans un message d’alerte.

Sur les reliefs alpins, les ruisseaux se sont transformés en torrents. Et les rivières charrient des tas de troncs qui obstruent leur lit. A Saint-Gall, plusieurs cours d’eau ont débordé, a annoncé dimanche la police cantonale. La commune d’Uznach a pu être préservée, grâce à un nouveau barrage pour récolter les éboulis et les troncs d’arbres charriés par les eaux.

Les autorités zurichoises ont également dû prendre des mesures drastiques ce week-end pour faire face aux pluies exceptionnelles: les lacs de Zurich et de Sihl ont été abaissés, déversant des milliers de mètres cubes d’eau dans la Limmat et dans la Sihl. «L’objectif est de préparer les deux lacs aux futures précipitations», expliquait lundi Stefan Oberlin, de la police cantonale. La navigation sur la Limmat a dû être suspendue.

Des digues temporaires ont été construites à Windisch (AG) notamment, le long de la Reuss. Les cantons de Saint-Gall, de Zurich et d’Argovie ont ainsi réussi – jusqu’à lundi – à éviter des dommages.

Le canton de Berne n’a pas eu cette chance. Le Haut-Emmental est pour l’instant la région du pays la plus meurtrie par les averses. Les pluies de jeudi ont ravagé plusieurs communes, dont celle de Schangnau. L’eau et la boue se sont infiltrées dans plusieurs maisons et étables. Des glissements de terrain ont condamné des routes, recouvertes par des mètres d’éboulis. Les dommages se chiffraient dimanche à 4 millions de francs, selon l’Assurance immobilière Berne.

«Les infrastructures le long des rivières, comme l’Emme, sont suffisantes en temps normal… mais cette situation est tout à fait exceptionnelle», rappelle Georges Wüthrich, responsable communication pour l’état-major de crise de l’Emmental. «C’est une crue comme il en survient tous les 300 ans.»

Lundi, 150 personnes – des pompiers, des civilistes, des chauffeurs de camion, etc. – tentaient de dégager les cours d’eau obstrués par des gravats et des troncs, à l’aide de pelleteuses. La veille, des dynamiteurs s’étaient déjà attaqués aux plus gros rochers. «Nous menons une course contre la montre afin que les lits des rivières soient dégagés avant les prochaines pluies», rapportait lundi après-midi Georges Wüthrich. L’armée a été appelée en renfort et s’apprête à construire une voie d’accès et un pont d’urgence à Bumbach – «dès que la situation météorologique le permettra», selon Urs Müller, porte-parole de l’état-major de crise de l’armée.

Les pluies de samedi ont déjà réduit à néant une partie du travail de déblaiement effectué vendredi. Les précipitations de cette nuit n’amélioreront pas la situation. Elles sont fortement redoutées dans l’Emmental, comme dans le reste du pays.

Lundi après-midi, seule la Reuss, en aval du lac des Quatre-Cantons, était sous alerte «danger de crues limité», son débit ayant dépassé les 280 m3/seconde, précise Silvia Morf, de l’OFEV. «Mais le débit de toutes les rivières augmentera dans la nuit, à cause des pluies.»

En fin d’après-midi, déjà, les intempéries provoquaient des perturbations du trafic ferroviaire dans les cantons de Berne et Lucerne. Et les pompiers étaient fortement mobilisés dans ces deux cantons.

L’état-major de crise argovien s’est également réuni à 15h pour analyser les risques. «La situation du Rhin reste incertaine. Nous déciderons dans la nuit s’il faut installer des barrages de protection de crue à Wallbach», annonçait-il à 17h, dans un communiqué.

Les pompiers de Zurich étaient également en état d’alerte lundi soir. «La terre étant saturée d’eau, les pluies peuvent engendrer des inondations et des glissements de terrain», prévenait la police cantonale. Qui recommandait à la population d’éviter de se déplacer sur des pentes mouillées et raides en raison des glissements de terrain.

Le Haut-Emmental est pour l’instant la région du pays la plus meurtrie par les averses

Publicité