Matériel de guerre

La Pologne critique la vente de filets de camouflage suisses à la Russie

Le Seco a donné son feu vert à l’exportation de tissus suisses high-tech. «Il faut en parler. Il faut blâmer» ce genre de transactions, a déclaré le chef de la diplomatie polonaise Grzegorz Schetyna

La Pologne a critiqué mardi l’exportation de filets de camouflage suisses high-tech à la Russie. Le Seco a donné son feu vert à la transaction invoquant que le contrat de vente avait été finalisé avant la date de mise en application de l’embargo.

«Il faut en parler. Il faut blâmer» ce genre de transactions, a déclaré le chef de la diplomatie polonaise Grzegorz Schetyna à la radio Zet, comme le font «les médias en soulignant que par les livraisons de ce genre d’équipements militaires (les Suisses) facilitent aux forces armées russes leurs actions agressives».

«L’Union européenne reste unie quant aux sanctions décidées envers la Russie» après l’annexion de la Crimée et le conflit dans l’est de l’Ukraine. «Il est important de garder cette unité», a ajouté le ministre.

Une porte-parole du Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco) avait confirmé dimanche une information de la presse dominicale selon laquelle la Confédération avait autorisé l’exportation de ces filets de camouflage pour un montant de quelque 90 millions de francs.

Le Conseil fédéral avait modifié à la fin août son ordonnance pour éviter que les sanctions infligées par l’Union européenne (UE) puissent être contournées via le territoire suisse. Il a interdit «la vente, la fourniture, l’exportation et le transit» de biens à double usage, civil et militaire, à la Russie et en Ukraine.

L’ordonnance précisait toutefois que ces dispositions «ne s’appliquent pas aux opérations régies par un contrat antérieur au 27 août 2014». Un contrat déjà conclu pouvait donc être honoré, avait expliqué un porte-parole du Seco, en précisant qu’une telle transaction ne pourrait plus être autorisée aujourd’hui.

L’avantage militaire d’une telle marchandise peut être énorme. Grâce à ce tissu, il est possible de concevoir des filets de camouflage ou des uniformes spéciaux. Les soldats et le matériel militaire (tanks, camions) deviennent ainsi invisibles aux capteurs infrarouges ou aux radars.

Publicité