genève

Léman Bleu lance le téléjournal «100% iPhone»

Durant l’été, la chaîne locale réalisera entièrement son TJ avec des smartphones

Léman Bleu lance le téléjournal «100% iPhone»

Genève Durant l’été, la chaîne locale réalisera entièrement son TJ avec des smartphones

Un générique, un présentateur, des sujets et des interviews, pour dix minutes de grand-messe quotidienne: le téléjournal de Léman Bleu, la chaîne régionale genevoise, ressemble à s’y méprendre à n’importe quel autre téléjournal local. A un détail près: dès le 29 juin et durant tout l’été, l’ensemble sera entièrement réalisé, tourné, voire même monté sur smartphone. «A ma connaissance, seule une télévision scandinave a tenté l’expérience jusqu’ici, assure le directeur de la chaîne genevoise, Laurent Keller. Ce sera donc une première nationale.» Et surtout «une occasion de revoir la manière de faire de la télévision».

Fruit d’un partenariat avec Swisscom, qui fournit pour l’occasion les iPhone 6 et l’appui technologique nécessaires, l’expérience est pensée comme «une quête de légèreté et de réactivité, mais aussi une piste pour réduire les coûts d’un journal télévisé», ajoute-t-il. L’opération ne devrait ainsi coûter que quelques milliers de francs, ce qui n’est pas un détail pour Léman Bleu et ses 4 millions de francs de budget.

Tout au long de l’été, certains de ces TJ «100% iPhone» seront enregistrés avant leur diffusion, d’autres seront présentés en direct. De manière à tester tous les possibles.

Sortir d’un «bunker»

«Fini le journaliste homme-orchestre, entravé par sa caméra, son trépied et ses sacs, promet Laurent Keller. Avec un seul petit outil, une optique adaptée, un micro et un mini-trépied, nos journalistes pourront tourner des sujets, couvrir des événements en direct, réaliser un montage rapide pour le web ou encore nourrir les réseaux sociaux.»

Quid de la qualité de l’image? «Le préjugé veut que l’iPhone génère une moins bonne qualité d’image que les caméras standard, répond Laurent Keller. Nous pensons le contraire. L’image est différente, mais elle offre un grain intéressant. Il n’appartient qu’à nous de réinventer la grammaire de l’image, d’apprendre à filmer différemment. Pour nous, c’est aussi un coup de fouet bienvenu et un plaisir renouvelé d’exercer notre métier.»

Pour le directeur de Léman Bleu, cette aventure estivale n’est qu’un test: «A terme, l’idée est de sortir de la logique de bunker du téléjournal. La légèreté de la nouvelle technologie nous permettra d’éclater l’information tout au long de la journée, de prendre l’antenne en direct n’importe où, n’importe quand et de multiplier les canaux de diffusion.» A titre d’exemple, Laurent Keller cite la conférence de presse du parquet genevois, le 4 juin dernier, consacrée à l’accord trouvé avec HSBC: «Nous l’avons filmée et diffusée en direct sur Periscope [une application permettant de diffuser des vidéos en direct via un compte Twitter]. Résultat: nous étions suivis en Angleterre, par les journalistes du Guardian

Reste une question: le vote sur la révision de la LRTV ayant relancé le débat sur les moyens dont dispose l’audiovisuel public, ce projet serait-il un message subliminal adressé à la SSR? «Non, répond Laurent Keller. Mais ce projet me conforte dans l’idée que nous avons une belle propension à innover, à prendre des risques. Nous ne sommes pas une mini SSR et n’aspirons pas à le devenir. Nous sommes autre chose et entendons cultiver notre liberté.»

Publicité