Homosexualité

Un évêque suisse rappelle que la Bible punit de mort les homosexuels

L’évêque de Coire, Mgr Vitus Huonder, évoque deux versets du Lévitique où il est question d’abomination et de mise à mort des homosexuels pour recadrer, selon lui, la question de l’homosexualité. Pink Cross, la faîtière des organisations gaies suisses, exige des excuses

Chaque année tout le gratin du catholicisme conservateur allemand aime à se réunir à l’enseigne du congrès du Forum Deutscher Katholiken: on y croise une brochette d’évêques, d’archevêques et de cardinaux, de politiciens de la CDU/CSU dont on dira qu’ils défendent une vision traditionnelle du christianisme romain. Mais c’est une frange qui a, dans certains Länder, pignon sur rue. Un prince modère certains débats, Alois Konstantin Fürst zu Löwenstein; une comtesse galvanise les esprits, Johanna Gräfin von Westphalen.

Cette année, le congrès, qui s’est achevé ce dimanche 2 août à Fulda dans le land de Hesse, débat du mariage et de la famille sous le titre: «Ehe und Familie – gottgewollter Auftrag und Weg zum Glück», soit «mariage et famille – une mission voulue par Dieu et une voie vers le bonheur».

Parmi les invités du congrès, un hôte de marque venu de Suisse: l’évêque de Coire, Mgr Vitus Huonder, connu pour ses positions ultra-conservatrices et le fait qu’il s’exprime souvent avec une franchise brutale sur ces questions de société.

Ce 31 juillet, cela n’a pas manqué, comme nous l’apprend le site LGBT allemand queer.de, qui, au-delà des positions conservatrices de l’évêque a surtout été frappé par son recours systématique à des fragments soigneusement choisis de l’Ancien Testament pour condamner l’homosexualité. En l’espèce, c’est dans Lévitique 18, 22 et Lévitique 20, 13 que Vitus Huonder a été pêcher pour charpenter son intervention intitulée: «Le mariage – Cadeau, sacrement et mission» (dans la vidéo mise en lien, dès la 21e minute).

Un précédent, moins virulent

Dans la batterie argumentative de l’évêque de Coire, Lévitique 18, 22, «Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme; ce serait une abomination», n’étonnera en Suisse plus personne. A l’occasion de la bénédiction d’une union homosexuelle qu’un des prêtres de son diocèse avait effectuée en mars 2015, Vitus Huonder avait déclaré, devant de jeunes prêtres, comme nous le rappelle François Touzain sur le site 360.ch: «Quand les saintes écritures disent que quelque chose est une abomination devant le Seigneur, nous devons, nous les Hommes, ne pas laisser croire que cela arrive par amour, que c’est une bonne chose et que cela pourrait faire l’objet d’une soi-disant bénédiction.»

A Fulda, en Allemagne, ce 31 juillet, Mgr Huonder est monté en puissance: à l’écho de ce verset du Lévitique il en a ajouté un autre, plus violent encore, à l’encontre de la communauté LGBT: Lévitique 20, 13, «Quand un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ce qu’ils font tous les deux est une abomination: ils seront mis à mort, leur sang retombe sur eux.»

Contacté par Le Temps, le rédacteur en chef de queer.de, Norbert Blech, n’en revient toujours pas: «Cet écho donné à ces deux versets du Lévitique et plus spécialement celui où il est question de la mise à mort des homosexuels est, en tous les cas en Allemagne, une chose tout à fait inhabituelle.» Sur les notes du rédacteur en chef prises pendant le discours de Mgr Huonder, on voit trois immenses points d’exclamation qui témoignent de sa surprise…

Sur le site de queer.de, Norbert Blech poursuit son compte rendu: «Selon Mgr Huonder, la Bible fixe ici le «cadre divin» […] et il ajoute qu’en matière de praxis homosexuelle, les passages bibliques cités suffiraient à remettre dans la bonne direction la question de l’homosexualité du point de vue de la foi». Applaudissement des membres du Congrès…

Colère de Pink Cross

Aussitôt connue la substance des propos de l’évêque de Coire, l’association faîtière des organisations gaies suisses, Pink Cross, via son directeur, Bastian Baumann, a vivement protesté: «Un représentant de l’Eglise ne vit pas dans une zone de non droit. Qui argumente de cette manière et dit indirectement que les homosexuels doivent être tués n’est pas un homme d’église, mais un fauteur de haine et un criminel.»

L’organisation demande en outre quels moyens juridiques pourraient être mis en œuvre pour mettre un terme à de pareils «discours haineux». Pink Cross exige par ailleurs des excuses officielles pour «ce nouveau dérapage de l’évêque de Coire et encourage la communauté ecclésiale à ne pas tolérer pareil appel à la haine et à la mort».

Publicité