élections fédérales

Mobilisation téléphonique chez les socialistes

Les partis cantonaux généralisent les opérations «boule de neige», après des expériences positives lors de récentes élections cantonales alémaniques

Mobilisation téléphonique des camarades suisses

Les socialistes suisses organisent une «mobilisation téléphonique» en vue des élections fédérales du 18 octobre. Des expériences pilotes ayant donné de bons résultats en Suisse alémanique, les autres sections du PSS s’y mettent aussi, pour la première fois à cette échelle.

Le Parti socialiste vaudois (PSV) ne sera pas en reste, ont expliqué mardi ses dirigeants en lançant la campagne. Dans chacun des 11 districts du canton, candidats et militants ont constitué un noyau de 20 à 30 personnes. Leur mission: appeler les membres et les sympathisants du parti pour les encourager à se mobiliser sur le terrain, à distribuer des tracts, tenir un stand ou toute autre action de campagne; mais aussi à utiliser à leur tour le téléphone auprès de leurs contacts privés, pour les inviter à voter et à faire voter PSV.

«Pas cher et efficace»

Le premier cercle de cette mobilisation représente des appels à 1700 camarades, évalue le PSV. Seuls seront appelés des membres et des sympathisants (dont la liste est tenue), précise le parti, se défendant de faire du marketing téléphonique. «Nous ne renonçons à rien de ce que nous faisons habituellement pour les campagnes fédérales, la mobilisation téléphonique vient en plus. Cela ne coûte pas cher et c’est efficace», assure Géraldine Savary, la conseillère et candidate aux Etats.

De précédentes expériences ont eu lieu aux récentes élections cantonales de Zurich et Lucerne. A Lucerne, en mars, le PS a enregistré le meilleur score de son histoire en nombre de suffrages (+2%), même s’il a laissé dans la bataille son siège à l’exécutif.

Publicité