Grands événements de 2016

Le Gothard une fois encore dans l’histoire

Le tunnel ferroviaire de base sera inauguré en présence de nombreuses personnalités le 1er juin. Avec ses 57 kilomètres, il sera le plus long du monde

Le 1er juin 2016, les caméras du monde entier seront braquées sur la Suisse centrale. On inaugurera, six mois avant sa mise en service officielle le 11 décembre 2016, le nouveau tunnel ferroviaire du Gothard. François Hollande, Manuel Valls, Angela Merkel, Matteo Renzi ont été invités. L’ouvrage deviendra alors le plus long du monde. Il détrônera le boyau japonais du Seikan, qui ne mesure «que» 53,8 kilomètres et relie les îles de Honshu et de Hokkaido par-dessous la mer. Les trains pourront y circuler à 200 km/h.

Construit à une altitude de 500 mètres entre Erstfeld (Uri) et Biasca (Tessin), le tunnel de base du Gothard raccourcira de 30 kilomètres le trajet entre Lucerne et Bellinzone et, surtout, évitera aux convois de voyageurs et de marchandises la fastidieuse ascension en galeries hélicoïdales vers Göschenen et Airolo, posés aux deux extrémités de la galerie de faîte percée en 1882, à plus de 1100 mètres d’altitude.

Plusieurs décennies et deux votes

La réalisation de cet ouvrage a une longue histoire. On se préoccupe depuis longtemps de percer une liaison souterraine directe entre la vallée d’Uri et celle de la Léventine. Un premier projet a été esquissé en… 1947. Mais il fallut encore plusieurs décennies pour que le rêve se concrétise. En 1989, le Conseil fédéral opta pour la construction d’un nouvel axe rapide double sous les Alpes par le Lötschberg et par le Gothard.

En 1992, le peuple suisse accepta le projet, mais le financement fut rapidement remis en question. Un second vote populaire, en 1998, donna le coup d’envoi formel du programme des Nouvelles lignes ferroviaires alpines (NLFA).

Long de 35 kilomètres, le Lötschberg fut le premier à être réalisé, mais sous une forme redimensionnée, puisqu’il n’est partiellement aménagé que sur une seule voie. Il est en service depuis 2007 et a dopé les relations touristiques, commerciales et professionnelles entre le Valais et le Plateau. C’est maintenant le tour du Gothard. La Suisse finance seule ses prestigieuses traversées souterraines de la chaîne alpine. Le coût des NLFA s’élève à 18,2 milliards, mais la facture finale, qui inclura la TVA, le renchérissement et les intérêts, dépassera 23 milliards.

Le 1er juin, le Conseil fédéral in corpore, emmené par le président de la Confédération Johann Schneider-Ammann et la ministre des Infrastructures Doris Leuthard, fera visiter le tunnel de base à 1200 invités et à 350 journalistes venus de Suisse, d’Europe et d’ailleurs. Les chefs de gouvernement et d’État des pays voisins – Allemagne, France, Italie, Autriche et Liechtenstein – ont été conviés à se rendre en Suisse centrale ce jour-là. Le président du Conseil européen Donald Tusk, le président du parlement européen Martin Schulz, la commissaire aux transports, la Slovène Violeta Bulc, ainsi que les ministres européens des transports ont également reçu un bristol de l’Office fédéral des transports. (OFT).

La population et les écoles d’abord

Il y aura du beau monde au Gothard le 1er juin. Mais ce ne seront pas les huiles politiques qui franchiront la galerie les premiers. Les deux premiers convois qui s’engageront sur ces 57 kilomètres souterrains, l’un du nord, l’autre du sud, seront réservés à la population et aux écoliers suisses.

Un concours permettant d’obtenir l’un des 1000 tickets a été ouvert sur le site www.gottardo2016.ch le 28 décembre. Le délai court jusqu’au 31 janvier et le tirage au sort s’effectuera en février. Et deux classes scolaires seront sélectionnées. Ceux qui n’auront pas eu la chance d’être tirés au sort pourront encore se rendre sur place le week-end des 4 et 5 juin à l’occasion d’une double journée portails ouverts.

Publicité