Diplomatie

Sur Facebook, les statuts imprudents de l’ambassadeur d’Israël en Suisse

L’ambassadeur Yigal Caspi a publié sur Facebook une photo d’Hermann Goering et reproduit des propos de ce dernier qui peuvent être pris comme une allusion à la politique israélienne

L’ambassadeur d’Israël en Suisse, Yigal Caspi, ne restera peut-être plus en fonction très longtemps. En tout cas, il sera rappelé à Jérusalem dans les prochains jours pour y expliquer devant une commission disciplinaire le contenu de certains de ses posts sur Facebook. Dans l’un d’entre eux, le représentant de l’Etat hébreu à Berne publie en effet une photo d’Hermann Goering, fondateur de la Gestapo et dauphin d’Hitler jusqu’à à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, qu’il illustre d’une déclaration faite par le personnage durant le procès de Nuremberg.

En substance, le dignitaire nazi s’exprime sur la manière dont le peuple peut, à ses yeux, être contraint à se soumettre grâce à des déclarations lui faisant croire qu’il est en danger. «Avec ou sans voix, le peuple peut toujours se plier aux ordres des leaders», affirme le nazi, repris par Yigal Caspi. «C’est facile, tout ce que vous avez à faire est de prétendre qu’ils sont attaqués et dénoncer les partisans de la paix pour leur manque de patriotisme […] cela fonctionne de la même façon dans tous les pays.»

Tollé à Jérusalem

L’allusion à la situation politique israélienne peut sembler évidente. Ce qui explique pourquoi l’affaire provoque un tollé au siège du Ministère israélien des affaires étrangères à Jérusalem, où le directeur général, Dore Gold, la considère comme «étant d’une exceptionnelle gravité». Parce que c’est la première fois qu’un diplomate de l’Etat hébreu fait explicitement référence à un nazi dans ses prises de position publiques? Sans doute. Mais également parce que Yigal Caspi ainsi que deux de ses homologues avaient déjà été ciblés par une procédure disciplinaire au début de 2015.

A l’époque, l’ambassadeur dénonçait le discours prononcé par Benyamin Netanyahou devant le Congrès américain afin d’empêcher la conclusion d’un accord sur le nucléaire iranien, ainsi que l’«immobilisme» réel ou supposé de son ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman. Dénoncé par l’hebdomadaire d’extrême droite Makor Rishon, il avait été rappelé à Jérusalem pour y rendre des comptes et la commission disciplinaire s’était contentée d’une réprimande.

Procédure disciplinaire

Cette fois, tout porte à croire que la sanction sera plus sévère, même si Yigal Caspi a retiré son post et présenté ses excuses immédiatement après que ses supérieurs lui eurent fait part de leur mécontentement. «Sans préjuger du résultat de la procédure disciplinaire qui prévoit un éventail de sanctions allant du blâme à la révocation, l’utilisation d’Hermann Goering dans le post de l’un de nos collègues présente un caractère choquant», déclare le porte-parole du Ministère des affaires étrangères, Emmanuel Nakhchon.

En réalité, l’affaire fait surtout du bruit dans les cercles dirigeants israéliens et au sein du Ministère des affaires étrangères. Ailleurs, elle ne rencontre aucun écho. Pour l’heure, l’opinion publique de l’Etat hébreu s’intéresse beaucoup plus aux menaces proférées à son encontre par le «calife» autoproclamé de Daech ainsi qu’à la condamnation à 18 mois de prison pour corruption de l’ex-premier ministre Ehoud Olmert. n

Publicité