Injures

Fernand Melgar a retiré sa plainte contre Lesobservateurs.ch

Un accord a été trouvé, précise le cinéaste: le retrait des commentaires injurieux, une lettre d’excuses de l’auteur des insultes et 500 francs versés à la fondation Mère Sofia à Lausanne

Il l’a annoncé lundi soir sur son mur Facebook. «En octobre dernier, j’ai porté plainte pénale suite à des insultes et des menaces proférées anonymement sur lesobservateurs.ch, un blog placé sous la responsabilité d’Uli Windisch. Les commentaires ont été retirés sur ordre de justice et une lettre d’excuses m’a été remise par l’auteur des insultes. À ma demande, ce dernier a versé 500CHF à la fondation Mère Sofia à Lausanne. J’ai retiré la plainte», annonce le documentariste Fernand Melgar.

C’est à la suite de la publication d’un article dans le Temps, consacré à sa naturalisation, que Fernand Melgar a été visé par des commentaires violents sur le site lesobservateurs.ch géré par le sociologue genevois Uli Windisch. Il avait alors rapidement décidé de porter plainte contre X «pour injures et menaces». C’est à la fin d’un article intitulé «Fernand Melgar, le gauchiste naturalisé qui utilise notre pays» que des internautes ont remis en cause sa «suissitude», en le traitant de «rouge espagnol», de «rat». «Fermons la porte à ce gendre (sic) de crapules» et «Ne peut-on pas retirer la nationalité suisse à cette m…?», faisaient également partie des commentaires publiés. Ou «Hmm, Fernando» Big in Lazône «Melgar, si tu ne fais pas très attention, Lausanne sera ton Sigmaringen – comme pour tant d’autres comme toi- alors moi à ta place, j’éviterais l’hubris». Une allusion au siège du gouvernement en exil du régime de Vichy à la fin de la Seconde guerre mondiale, et son château dans lequel le maréchal Pétain a logé. Quant à l’hubris, le terme est emprunté à la Grèce antique et fait référence à un sentiment violent inspiré par les passions, dont l’orgueil, et considéré comme un crime.

Lors de l’émission Forum de la RTS du 11.10.15, Uli Windisch avait répliqué en signalant que la page Facebook du cinéaste contenait également des insultes et des menaces. Ce que Fernand Melgar a déploré en disant vouloir y faire le «ménage» plus régulièrement. Le 17 octobre, le site Lesobservateurs.ch, va plus loin et publie un article intitulé «Après la volonté de nuire massivement à notre site, une proposition de rencontre et des compliments!», avec les mails de Fernand Melgar. Uli Windisch précise alors refuser la rencontre et envisager, à son tour, sur conseils de ses avocats, «plusieurs plaintes» en ordonnant à Fernand Melgar de retirer la sienne «dans les plus brefs délais».

Il a fallu attendre le début de cette année pour que les deux acteurs de cette guerre finissent par trouver un terrain d’entente. Si l’on en croit le statut Facebook du cinéaste, l’affaire semble désormais réglée; les commentaires ont disparu.

Publicité