Genève

L'Usine obtient un accord avec les autorités

En 2016, le lieu alternatif n’aura désormais plus qu’une demande à formuler auprès de la Ville de Genève pour couvrir les événements qu’elle organise et les buvettes qu’elle exploite

Un «terrain d’entente», selon les propres termes d’un communiqué envoyé ce lundi matin, a été trouvé entre l’Usine et les autorités municipales et cantonales. Certes, le lieu s’est résigné à déposer cinq demandes d’autorisation d’exploitation de ses cinq buvettes, alors qu’il avait exigé de n’en déposer qu’une, au motif que l’Usine avait un caractère «unitaire et solidaire».

Subventions dégelées

Mais ces cinq demandes ne sont que temporaires et destinées à assurer la conformité de ses activités au premier janvier. Déposées le 31 décembre 2015 et validées par le service du commerce, elles permettent de libérer deux subventions retenues jusqu’alors par la Loterie romande, étant donné l’illégalité dans laquelle se trouvait le centre culturel autogéré jusqu’ici.


Interactif. Notre cartographie de la nuit genevoise


Alors que la nouvelle loi LRDBHD (Loi sur la restauration, le débit de boissons, l’hébergement et le divertissement) est désormais entrée en vigueur, l’Usine n’aura désormais plus qu’une demande à formuler – nouveauté: auprès de la Ville de Genève – pour couvrir les événements qu’elle organise et les buvettes qu’elle exploite.

Lire aussi: L’Usine, cette «école de la nuit» genevoise

Publicité