Disparition

Le chef Benoît Violier a mis fin à ses jours

La consternation règne chez ses proches et ses amis devant l'incompréhensible geste du patron de Crissier, qui devait assister à la publication du Guide Michelin 2016 ce lundi

Le chef Benoît Violier s’est suicidé dimanche 31 janvier au matin. Son décès a été confirmé par le gouvernement vaudois. En fin de soirée, la police vaudoise communiquait: «M. Benoît Violier, 44 ans, a été découvert sans vie à son domicile de Crissier. Selon les premiers éléments de l’enquête, il devrait s’agir d’un suicide. Le procureur de service a ouvert une instruction pénale afin d’établir les circonstances exactes du décès. En fin d’après-midi, la Police de l’Ouest lausannois est intervenue à Crissier, où elle a découvert, à son domicile, le corps sans vie de M. Benoît Violier, âgé de 44 ans. L’intéressé aurait mis fin à ses jours à l’aide d’une arme à feu.»

La consternation des proches et des amis

Hier soir, c'était la consternation auprès des amis et proches de la famille Violier. Pour l'un d'entre eux qui l'avait eu au téléphone il y a quelques jours seulement, rien n'indiquait que le chef était à bout, fatigué ou se trouvait en difficulté. Pour un autre, «c'était l'incarnation de la réussite, professionnelle mais aussi familiale». Une belle personne, résume un de ses partenaires en affaires. Toutes les personnes contactées estiment que la vie de Benoît Violier était forcément stressante avec un restaurant étoilé à tenir, véritable mythe dans le monde de la haute gastronomie. Reste que ses succès récents ainsi que sa vie de famille très stable avec sa femme Brigitte qui travaillait avec lui à la réception du restaurant donnaient une image de lui de personnage «chaleureux et bien dans sa peau».

Outre le classement de meilleur chef du monde obtenu avec La Liste, Benoît Violier avait remporté toutes sortes de prix avec son équipe récemment, dont le Bocuse d'Or organisé en Suisse la semaine dernière ou le prix culinaire international Taittinger en novembre.

Un geste totalement incompréhensible

Ce qui rend pour son entourage encore plus incompréhensible le geste funeste du chef. Ce dernier expliquait lors d'interviews, comme celle donnée au Temps en décembre, qu'il n'ouvrait son carnet de commandes que de quatre mois en quatre mois pour ne pas trop frustrer ses clients, tant la demande était forte. Idem avec les cours de cuisine qu'il avait organisés pour les adultes et les enfants qui affichaient complet pour les prochaines semaines. Son équipe était très soudée autour de lui comme ont pu le constater tous ceux qui connaissent l'Hôtel de Ville, avec des collaborateurs parfois attachés à la maison depuis des décennies et dont certains ont servi sous les trois chefs de Crissier, Girardet, Rochat et Violier.

Benoît Violier, qui avait publié en octobre une somme sur la «Cuisine du gibier à plumes d'Europe» de plus de 1000 pages aux Editions Favre, avait de nombreux projets. Il pensait ainsi créer une académie de cuisine proche de son restaurant estimant que la Suisse romande - qui compte une densité record de chefs étoilés - devait jouer un rôle éducatif au plus haut niveau.

Le chef ne souhaitait pas par contre se diversifier en ouvrant d'autres enseignes, en créants des produits dérivés ou en répondant aux demandes des télévisions pour animer des émissions de cuisine type «Top Chef». Dimanche matin il devait prendre le train pour Paris afin d'assister à la publication du Guide Michelin 2016 le lendemain. Ce grand amateur de chasse se serait donné la mort avec l'un de ses fusils.

Une carrière prestigieuse

Âgé de 45 ans, Benoît Violier avait succédé à Philippe Rochat en 2012. Ce dernier est décédé en juillet 2015 après avoir fait un malaise en vélo. Benoît Violier avait dit dans plusieurs interviews qu'il avait perdu ses deux pères en 2015, son véritable père en avril et son mentor, Philippe Rochat qui l'avait fait venir en 1996. Il laisse derrière lui sa femme, Brigitte qui travaillait avec lui au restaurant de l'Hôtel de Ville, et un fils. 

Lire aussi : «La Suisse doit mettre en avant son terroir» (décembre 2015)

Né le 22 août 1971 à Saintes, en Charente-Maritime, Benoît Violier avait rejoint le restaurant de l'Hôtel de Ville à Crissier en 1996, après avoir parfait sa formation auprès des plus grands chefs comme Joël Robuchon, Benoît Guichard, Bruno Gricourt, Sylvain Knecht. 

En décembre 2015, L'Hôtel de Ville à Crissier (VD) était arrivé à la première place de «La Liste», palmarès de «mille tables d'exception» réalisé sous l'impulsion de la France pour répondre au classement britannique controversé des «50 Best».

Lire également: L'Hôtel de Ville de Crissier est classé numéro un mondial 

Publicité