Justice

L'avocate de Dmitri Rybolovlev inculpée à Monaco

Tetiana Bersheda est inculpée mardi matin de violation de la vie privée par le juge monégasque. Elle est accusée d’avoir enregistré à son insu Tania Rappo, la complice présumée d’Yves Bouvier, inculpé pour escroquerie sur des ventes d’œuvres d’art

Les affaires se corsent sur le Rocher pour le clan Rybolovlev. Avocate du milliardaire russe Dmitri Rybolovlev et associée de l’étude genevoise Canonica Valticos de Preux, Tetiana Bersheda a été inculpée mardi matin du chef de violation de la vie privée par le juge d’instruction monégasque Pierre Kuentz, a appris «Le Temps». Une information confirmée par l’avocat de Tetiana Bersheda, par voie de communiqué.

L’inculpation de Tetiana Bersheda fait suite à une plainte déposée en juillet dernier par Tania Rappo, Suissesse d’origine bulgare et résidente monégasque, complice présumée du Genevois Yves Bouvier, que Dmitri Rybolovlev accuse d’escroquerie sur des ventes d’œuvres d’art. Motif de la plainte de Tania Rappo? Une conversation enregistrée à son insu et à celui de son mari lors d’un dîner organisé au domicile de Dmitri Rybolovlev le 23 février 2015, soit deux jours avant l’arrestation de Tania Rappo et d’Yves Bouvier. L’enregistrement de cette conversation tenue en russe a ensuite été produit à la justice monégasque par Tetiana Bersheda, assorti de sa traduction et de commentaires.

Un préjudice invoqué de près d’un milliard de dollars

Dmitri Rybolovlev et la galaxie de sociétés légalement détentrices de sa collection hors-normes accusent Yves Bouvier, patron de Natural Le Coultre, de les avoir escroqués sur les ventes de 38 tableaux de maîtres, acquis entre 2003 et 2014. Préjudice invoqué: près d’un milliard de dollars. Les plaignants affirment en substance qu’Yves Bouvier, en tant qu’intermédiaire, n’avait droit qu’à 2% de commissions sur les ventes. Le Genevois rétorque qu’il agissait comme marchand d’art et non comme intermédiaire, et qu’il était libre de réaliser les plus-values qu’il voulait.

Proche de Dmitri Rybolovlev et de son ex-femme, marraine d’une de leurs deux filles, Tania Rappo avait mis le Russe en contact avec Yves Bouvier. Un rôle d’intermédiaire très bien et fidèlement rémunéré par le Genevois, qui lui a versé d’importantes commissions pour chacune des ventes de tableaux au milliardaire. Selon nos informations, Tania Rappo aurait ainsi encaissé quelque 80 millions d’euros de commissions sur une décennie.

A la suite d’une dénonciation pénale déposée le 9 janvier et après un mois et demi d’enquête préliminaire, Yves Bouvier et Tania Rappo ont été arrêtés le 25 février 2015 à Monaco et placés en garde à vue. Libérés 96 heures plus tard, ils ont été inculpés d’escroquerie et de complicité de blanchiment pour Yves Bouvier, de blanchiment pour Tania Rappo.

Selon l’avocat monégasque de Tania Rappo, Frank Michel, l’enregistrement de la conversation du 23 février au soir avait pour objet de «faire croire que ma cliente connaissait à ce point les détails des transactions litigieuses qu’elle ne pouvait être que complice». Selon les déclarations de Tetiana Bersheda au quotidien «Nice Matin», en juillet 2015, les propos tenus par Tania Rappo ce soir-là «la font apparaître comme tenant un rôle central dans l’affaire puisqu’elle énonce des arguments destinés à obtenir le solde du prix de vente d’un tableau de Rothko surfacturé de plus de 60 millions de dollars. Il se trouve que ces arguments sont précisément ceux qui apparaissent dans une note de synthèse retrouvée sur l’ordinateur de M. Bouvier».

«Des propos déformés»

Consultée par «Le Temps», la retranscription de l’enregistrement fait effectivement état d’une conversation portant sur le paiement de la dernière acquisition de Dmitri Rybolovlev, un tableau de Rothko. Mais, souligne Frank Michel, «non seulement ma cliente n’insiste à aucun moment au cours de cette discussion pour que M. Rybolovlev s’acquitte de cette somme, mais en plus, elle se borne à répéter le contenu d’un mail adressé par Yves Bouvier à Dmitri Rybolovlev deux jours plus tôt.» Pour Frank Michel, l’affaire est entendue: «Les propos tenus par ma cliente ont été déformés et sortis de leur contexte, dans le but de manipuler la justice, ce qui pourrait également conduire à une inculpation du chef de tentative d’escroquerie au jugement.»

Avant l’inculpation de Tetiana Bersheda, cette dernière et son client fortuné avaient été entendus le 17 novembre dernier, en garde à vue, par les enquêteurs monégasques. Les procès-verbaux de leurs auditions, que Le Temps a également pu consulter, ne font pas de mystère: Dmitri Rybolovlev affirme qu’il ne savait pas que son avocate avait l’intention d’enregistrer Tania Rappo à son insu. «Après le dîner, Madame Bershada m’a dit qu’elle avait réalisé cet enregistrement car c’était à ce moment-là que Madame Rappo avait parlé de Monsieur Bouvier et elle m’avait dit qu’elle pensait que cela pouvait être important», assure Dmitri Rybolovlev. Et de se dédouaner: «Madame Bersheda, postérieurement à la réalisation de cet enregistrement, m’avait informé de ce qu’éventuellement elle le produirait dans le cadre de la procédure […], mais pour ma part, je ne me suis pas occupé des répercussions légales que cela pouvait avoir.»

Un enregistrement «jamais prémédité»

Une version corroborée par Tetiana Bersheda dans sa propre déposition. Assurant avoir préalablement «pris conseil auprès d’un avocat monégasque sur la légalité de l’enregistrement d’une conversation d’affaire», l’avocate déclare: «Je suis seule à l’origine de cet enregistrement, lequel n’a jamais été prémédité, mais que j’ai réalisé spontanément dans le but de préserver les intérêts dont j’ai la charge et d’aider l’enquête.»

Un argument qui fait bondir Frank Michel: «Dmitri Rybolovlev et Tetiana Bersheda ont reconnu eux-mêmes dans leurs dépositions qu’ils avaient envisagé la possibilité d’enregistrer une conversation avec Yves Bouvier. Ce dernier n’était pas présent à la soirée du 23 février, mais cela démontre bien que l’idée d’enregistrer illégalement une conversation a été préméditée.» Et l’avocat va plus loin: «Même si Tetiana Bersheda prend tout sur elle, il ressort des auditions que M. Rybolovlev savait que l’enregistrement serait remis à la police. Il est donc au minimum le complice des agissements de son conseil.» A ce jour, Tetiana Bersheda est pourtant la seule inculpée dans ce volet de l’affaire.

Dans un communiqué diffusé avant même la convocation de Tetiana Bersheda par le juge, l’avocat de celle-ci, Gérard Baudoux, relativise la portée de l’inculpation de sa cliente: «Maître Bersheda, dans son rôle d’avocat, a capté une conversation sans aucun rapport avec l’intimité de la vie privée ou familiale de Madame Rappo et de Monsieur Rybolovlev de nature à confirmer le caractère délictueux des agissements de Monsieur Bouvier et la complicité de Madame Rappo. Le droit monégasque ne connaît pas le statut de témoin assisté. Dans ces conditions, pour avoir accès au dossier […], Maître Bersheda ne peut qu’avoir le statut d’inculpée. S’exprimant dans ce cadre, elle pourra dénoncer l’inanité de la plainte déposée à son encontre et la tentative d’instrumentalisation de la justice et des médias qu’elle constitue.»

Lire aussi: Affaire Bouvier contre Rybolovlev, de quoi parle-t-on?

Publicité