Retraites

L'AVS plonge dans les chiffres rouges

Les comptes de 2015 montrent un découvert de 559 millions de francs

Le résultat d’exploitation de l’AVS a chuté dans les chiffres rouges en 2015, à -559 millions de francs. En 2014, il se montait encore à un niveau positif, à 1,7 milliard. Les dépenses ont largement dépassé les recettes. Les placements ont fait grise mine aussi.

Les dépenses ont excédé les recettes de 579 millions de francs, annonce mardi l’Office fédéral des assurances sociales (OFAS). C’est une nette baisse par rapport au résultat de 2014.

Lire également: Le premier pilier se prépare à un exercice difficile en 2016

Contrairement à 2014, les placements du Fonds de compensation ne sont pas venus à la rescousse des comptes de l’AVS en 2015. Leur rendement a été négatif, soit une perte de 237 millions de francs. Les intérêts payés par la Confédération sur la dette de l’AI se sont tassés eux aussi, de 275 millions à 257 millions. Ils n’ont donc pas eu d’effet positif sur le résultat d’exploitation.

L’AI également en recul…

Les comptes de l’AI sont également en recul, dans une moindre mesure. Le résultat d’exploitation est passé de 922 millions de francs en 2014 à 614 millions l’an dernier.

La mauvaise performance des placements l’explique. Le résultat de répartition a légèrement baissé. La différence entre les rentes versées et les cotisations est passée de 684 à 645 millions.

… mais la dette se réduit

Ces chiffres «verts» ont permis de continuer à amortir la dette de l’AI vis-à-vis de l’AVS. La créance a reculé à 12,2 milliards de francs. Depuis le lancement du fonds AI en janvier 2011, la dette a pu être réduite de 2,7 milliards.

Le résultat de répartition des APG (allocations pour perte de gain) est lui resté globalement stable à 115 millions de francs (122 millions en 2014). Le résultat d’exploitation est en revanche nettement moins élevé qu’en 2014, passant de 170 millions à 108 millions. Au total, les cotisations des assurés et des employeurs à l’AVS, l’AI et l’APG ont augmenté de 1,6%.

Lire aussi cette opinion: La fortune de l’AVS est-elle dans de bonnes mains?

Publicité