a nos lecteurs

Le 13 novembre 2012, la Direction du Temps annonçait avec regret à ses

Le 13 novembre 2012, la Direction du Temps annonçait avec regret à ses collaborateurs la nécessité de procéder à un licenciement collectif pour des raisons économiques.

Malgré une gestion très rigoureuse et des efforts de diminution des coûts sur tous les postes de charges de son exploitation courante entrepris depuis près d’un an, il n’aura en effet pas été possible pour notre entreprise de média de pallier la baisse significative de son chiffre d’affaires en 2012 sans toucher à l’emploi.

Consciente de devoir faire face non seulement à un ralentissement conjoncturel mais également à une évolution structurelle de son secteur, la Direction du Temps, responsable de la pérennité de l’organisation, a donc procédé, le 28 novembre, aux licenciements annoncés.

Grâce à un dialogue social très constructif et constant, mené avec la Société des rédacteurs et du personnel (SRP), par ailleurs actionnaire du Temps SA, la Direction a pu réduire de manière sensible les départs forcés et mettre sur pied un plan social conséquent pour accompagner les collaborateurs dont les postes ont été supprimés ou dont les taux d’activité ont été réduits.

18 collaborateurs sur un périmètre de 144 collaborateurs totaux ont été touchés par ces mesures. En équivalent plein temps (EPT), il a été procédé à une réduction de 8,6% des effectifs totaux, soit 10,7 EPT sur 124,5 EPT. Cette épreuve douloureuse pour notre entreprise, assumée avec courage par tous ses collaborateurs, n’entame pas notre volonté de poursuivre notre mission au service d’une information approfondie et indépendante. Pierre Veya, rédacteur en chef du Temps, vous donne rendez-vous dans notre édition du samedi 1er décembre pour partager avec vous sa vision du journalisme au Temps et les initiatives éditoriales portées par toute sa rédaction. Merci pour votre fidélité, pour votre confiance, pour vos encouragements et votre soutien en cette période éprouvante.

Publicité