Adiyaman, dans le sud-est de la Turquie: c’est de cette ville, majoritairement sunnite, que sont originaires bon nombre des djihadistes turcs de l’organisation de l’État islamique (Daech) qui ont ensanglanté le pays ces derniers mois. Le groupe dit Dokumaci, du nom de l’un de leurs leaders, est responsable d’au moins quatre attentats survenus en Turquie, et notamment du carnage de Suruç, qui fit 32 morts l’été dernier (lire ci-dessus). Même si rien ne semble pour l’instant démontrer un lien direct entre cette ville et les attentats de mardi, la présence de cellules de l’État islamique a été finalement admise par les autorités, malgré ses dénégations initiales.

Lire également: L’ombre de l’Etat islamique sur l’attentat d’Istanbul

L’avocat Osman Süzen est de ceux qui n’ont cessé de mettre en garde les autorités sur l’existence de ces cellules islamistes. «Aujourd’hui, il se peut que les auteurs soient étrangers, mais il est fort probable qu’ils aient été soutenus et protégés à l’intérieur même du pays.» L’homme, qui est aussi à la tête de la branche d’Adiyaman de l’Association turque des droits de l’homme, ajoute: «Le danger a été longtemps négligé parce que l’État islamique était utile au gouvernement en Syrie. Voilà pourquoi Daech est capable aujourd’hui de commettre des crimes lorsqu’il le veut, partout en Turquie. L’État turc porte donc une grande part de la responsabilité.»

Longtemps, même les habitants d’Adiyaman ont refusé de reconnaître ce danger. La ville est majoritairement acquise à l’AKP, le parti du président Recep Tayyip Erdogan. «Adiyaman, comme une bonne partie de la Turquie, est traversée de structures religieuses très conservatrices», note encore Osman Süzen. Un terreau dans lequel il a été facile, pour les groupes tels Dokumaci, de recruter abondamment au vu et au su de tous. Plusieurs centaines de djihadistes de Daech seraient passés par les cellules d’Adiyaman.

Et ce, d’autant plus, insiste l’avocat, que les autorités ont encouragé ces dernières années la création de groupes religieux, même radicaux, au nom de la lutte contre les Kurdes, qui peuplent en majorité cette province. Après le dévoilement de l’existence du groupe de Dokumaci, ses membres – du moins ceux qui ne s’étaient pas déjà fait exploser ou qui n’ont pas été arrêtés sur les lieux mêmes des attentats – se sont évanouis dans la nature. «Mais à ma connaissance, il n’y a eu aucune opération d’envergure contre eux», témoigne Osman Süzen.