Antigel, 5e! Comme de coutume, ce festival hivernal lié aux communes genevoises conjugue des projets originaux dans des lieux exotiques (usine, patinoire, piscines…) avec une programmation danse et musique plus classique concoctée par Prisca Harsch et Eric Linder. Mais cette année, une nouveauté s'ajoute encore à ce métissage vigoureux: Antigel s'associe avec Motel Campo et La Gravière, deux lieux festifs bien connus des Genevois, et investit à Pont-Rouge, au pied de la rampe qui mène à Lancy, une immense halle en friche des CFF dans laquelle les trois acteurs de la nuit aménagent un club electro d'une capacité de 2000 personnes. Waow. A l'affiche de ces nuits electros? Des grands noms comme Kerri Chandler (ve 30 janv.) ou le collectif new-yorkais Body& Soul (ve 6 fév.) Pour créer un espace plus intime dans cette halle de 2000 m2, les architectes genevois du Bureau A ont créé un cube géant à partir de 2600 palettes de bois brut.

Côté programmation, on observe aussi un savant mélange entre des pointures et des artistes plus confidentiels. En danse, par exemple, Christian Rizzo, Raimund Hoghe et Yann Marussich partagent l'affiche avec Lisbeth Gruwez et Daniel Hellmann. En musique, Eric Linder a eu le bon goût d'appuyer sur les différents leviers à même d'assurer tout à la fois la diversité et la solidité d'une programmation: genres, degrés de notoriété, niveaux d'accessibilité. Cet équilibre repose sur l'association de fondations légendaires (Mogwai, Pere Ubu, Tindersticks), d'une escadrille de têtes chercheuses un brin plus confidentielles (Earth, Pierre Bastien, Nisennenmondai, Lubomyr Melnyk), et de plusieurs soirées consacrées au plaisir pur du clubbing (DJ Shadow & Cut Chemist, ou Stewart Walker). Sélection subjective ci-dessous.