Black To Comm

Sommeil perturbé

Au sujet de Black To Comm – et principalement à celui de son dernier album éponyme, publié en 2014 chez Type –, on parlera de drone surréaliste. La proposition fleure l’oxymore tant, à première vue, la recherche de la stase, constitutive de l’expérience du drone, semble aux antipodes de l’esthétique du carambolage – elle l’est peut-être moins si l’on se fie à la pratique du cogito onirique d’André Breton. Toujours est-il que Marc Richter – l’homme qui se cache derrière Black To Comm, et qui par ailleurs dirige l’estimé label Dekorder – parvient à mêler tous ces principes: ses plages d’hypnose laissent surgir des perturbations sonores dont l’étrangeté se fond imperceptiblement dans le mouvement général de la pièce, à la manière, par exemple, d’un Philipp Jeck.

Lausanne. Le Bourg, rue de Bourg 51. Je 2 avril à 21h. (Loc. www.le-bourg.ch).

Publicité