Une chronique politique sans parti pris

La prime à l’incompétence se justifie

Par Jacques Neirynck, publié le

La rocade au sein du Conseil fédéral pour donner suite à l’élection de deux conseillères ne fut pas sans peine. Le résultat final est curieux. Un vigneron s’occupe de la formation et de la recherche ; une professeure de piano des...