Monnaie

La BNS fixe un cours plancher de 1,20 franc pour un euro

Coup de tonnerre dans la politique des changes. La Banque nationale suisse durcit sa lutte contre la surévaluation de la devise suisse, évoquant une «grave menace». Les partis politiques saluent la décision, et le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann se dit satisfait pour les entreprises

La Banque nationale suisse (BNS) passe à la vitesse supérieure dans sa lutte contre l’appréciation du franc face aux autres devises. Elle a fixé mardi un cours plancher de 1,20 franc pour un euro.

Le franc s’affaiblissait nettement face à l’euro à l’annonce de la BNS. Vers 10h15, la monnaie unique remontait à plus de 1,21 franc, alors qu’elle valait à peine plus de 1,10 franc la veille.

La devise helvétique cédait également du terrain vis-à-vis du dollar. Le billet vert se négociait au même moment à plus de 85 centimes, alors qu’il valait à moins de 79,5 centimes avant l’annonce de la BNS.

Le franc avait frôlé la parité avec l’euro le 9 août. Il s’était ensuite régulièrement affaibli en abandonnant près de 20% face à la devise européenne.

«Dès ce jour, la BNS ne tolérera plus de cours inférieur à 1,20 franc pour un euro sur le marché des changes», selon son communiqué. Elle le fera prévaloir «avec toute la détermination requise», prête à acheter des devises en quantité illimitée.

Le niveau reste élevé

L’institut d’émission monétaire souligne que la surévaluation actuelle est extrême et constitue une grave menace pour l’économie suisse. Le phénomène recèle même le risque de développements déflationnistes.

Mais même avec un taux de change de 1,20 franc pour un euro, la monnaie suisse reste à un niveau élevé, concède la BNS. Celle-ci prendra donc des mesures supplémentaires si les perspectives économiques et les risques de déflation l’exigent.

Publicité