Le Temps: Comment la Chine est-elle touchée par la crise financière?

Lanxin Xiang: Cette crise est un problème qui regarde les Etats-Unis et l'Europe. Elle ne concerne pas la Chine directement. La chute des bourses chinoises a commencé bien avant la crise financière. Le pays a traversé plusieurs catastrophes naturelles ces derniers mois, ce qui a affecté l'activité économique et les autorités n'ont rien fait pour aider les investisseurs.

- Que peut faire la Chine dans ces circonstances?

- Elle doit lancer de grands travaux d'infrastructure pour créer des emplois et stimuler le marché intérieur. Cela doit être fait plus particulièrement dans les régions rurales. Sur le plan national, les autorités doivent investir dans l'éducation, le logement et la sécurité sociale.

- Le président français, Nicolas Sarkozy, a appelé les autorités chinoises à participer à la résolution de la crise financière. Qu'en pensez-vous?

- Ce n'est pas à la Chine de sauver des institutions qui ont joué au casino. En revanche, le plan européen pour repenser l'architecture financière internationale, avec une direction trilatérale - Chine, Europe Etats-Unis -, est à prendre au sérieux.

- Mais n'est-elle pas déjà appelée à souscrire aux obligations d'Etat qui sont lancées pour lever des fonds?

- Nous avons déjà perdu beaucoup en gardant les obligations et les bons du Trésor américains. Cela a été une erreur. La Chine ne doit plus financer l'économie américaine ou européenne.

- Mais n'avez-vous pas besoin des marchés d'exportation pour vendre vos produits?

- La Chine doit tout faire pour réduire sa dépendance sur les exportations. Je pense qu'elle doit développer le marché intérieur dont le potentiel est largement inexploité.

- Les fonds souverains chinois?

- Ils doivent faire attention. Ils ont déjà fait beaucoup d'erreurs. Les Chinois sont des nouveaux venus dans la finance internationale et ne saisissent pas encore tous les enjeux. Je leur suggère d'investir dans l'économie nationale.

- Vous signez l'éditorial dans le «Global Times»* de ce vendredi. Quel est votre message?

- Nous vivons plus qu'une crise financière. Je pense que les théories économiques occidentales sont dépassées et je demande que la Chine, qui s'en est inspirée, trouve des voies alternatives.

* «Journal de l'Etat chinois»