AAAAAAAAAAHHH! Squish! CRASH! Oui, l'exposition de Christian Marclay est bruyante. Mais pas besoin de tampons auriculaires, elle bruit d'onomatopées. L'artiste, qui œuvre depuis près de quarante ans entre musique et arts visuels, a trouvé dans ces graphies mimant des sons matière à différentes séries de travaux, peintures, estampes, ou encore vidéos. Une maison de thé, selon la tradition japonaise, mais dans une version contemporaine dessinée avec le bureau d'architectes Hächler Fuhrimann, accueille les Hanging Scrolls (2011), ces rouleaux verticaux pour lesquels l'artiste s'est justement inspiré de la peinture asiatique. Ce pavillon servira pour des cérémonies du thé, des performances musicales, des conférences et des discussions. En parallèle, le musée propose une exposition sur les «Images nocturnes», où comment les artistes représentent le monde sans lumières.