Chronologie d’une affaire d’Etat

Septembre 2007: Ouverture de PetroSaudi à Genève.

Courant 2009: Le fonds souverain malaisien 1MDB et PetroSaudi s’allient. 700 millions de dollars disparaissent des comptes.

Fin 2009: Xavier Justo est propulsé à la tête de PetroSaudi Genève.

Courant 2011: Xavier Justo démissionne et vole des données attestant que les 700 millions manquants ont été détournés par le premier ministre malaisien.

Entre fin 2014 et début 2015: N’ayant pas perçu toute la somme promise par PetroSaudi, Xavier Justo livre ses documents volés à la presse.

Février 2015: Le scandale éclate au grand jour. Le premier ministre malaisien réfute les accusations, sans s’expliquer en détail. L’opinion publique et l’opposition se déchaînent contre le pouvoir en place.

Fin juin 2015: Xavier Justo est arrêté en Thaïlande. La justice malaisienne mène l’enquête sur 1MDB et Najib Razak. La banque nationale de Singapour aussi.

Fin juillet 2015: Xavier Justo confirme avoir fait chanter son ex-employeur et être à l’origine du scandale malaisien. Najib Razak, lui, limoge son vice-premier ministre, destitue son procureur général (qui voulait inculper le chef d’Etat pour corruption, selon Sarawak Report ), suspend la commission d’enquête formée par le parlement pour élucider l’affaire et sanctionne les organes de presse ayant révélé le scandale (Sarawak Report, The Edge, etc.).

Mercredi dernier: Le quartier général de la police malaisienne, centre névralgique des investigations criminelles, est incendié: documents et pièces à conviction partent en fumée.