Le Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge rouvre ses portes au public samedi 18 mai, suite à une mutation architecturale d'envergure, nouveau cadre de l'exposition permanente L'Aventure humanitaire. Une installation à thèmes «Défendre la dignité humaine», «Reconstruire le lien familial» ou encore «Limiter les risques naturels», conçue par des architectes venus de trois continents et coordonnée par les designers suisses de l'Atelier Oï. Un dispositif muséal interactif à forte puissance émotionnelle, qui tend à impliquer intimement le visiteur. Celui-ci est accueilli par une galerie de personnages grandeur nature, les «témoins» qui le suivront tout au long de son parcours. Parmi eux, l'ex-magistrate suisse Carla Del Ponte et le psychiatre français Boris Cyrulnik, théoricien de la résilience. Les autres sont inconnus: ancien prisonnier de Guantanamo ou survivante du génocide rwandais, leur regard nous touche au cœur. Dès qu'on applique la main sur la leur, paume contre paume, par l'intermédiaire d'un écran tactile, ils nous relatent leur destin, leur parcours de souffrance, de peur et d'espoir, et leur bonheur reconstruit.

Les salles se succèdent, de l'exposition d'œuvres réalisées par des détenus aux quatre coins du monde à l'étonnant mur-écran, une installation développée par l'EPFL et ECAL Lab, sur lequel le visiteur peut générer des flux de couleurs par apposition des mains. Evoquant la puissance d'un simple geste de solidarité qui peut infléchir le cours des événements.

Divers événements artistiques ponctuent les portes ouvertes: la danse avec Foofwa d'Imobilité, la musique avec un concert aérien de la compagnie française Transe-Express ou encore une prestation du funambule Alain Roche avec son piano suspendu, une performance présentée en première mondiale.

Légende de l’image: Musée de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. La chambre des témoins (architecte Diébédo Francis Kéré).

Photo©Eddy Mottaz