Constitué par les différentes banques il y a quatre ans, le fonds de garantie des dépôts assure le remboursement de 30000 francs par personne en cas de faillite de l'établissement. Ce paiement est prévu pour intervenir au plus tard trois mois après la fermeture de l'établissement en faillite.

Priorité est donnée aux plus petits clients – ceux ayant déposé moins de 5000 francs –, dont le remboursement doit intervenir en quelques jours ou semaines: ceux-ci n'ont pas à attendre la mobilisation du fonds de garantie et sont remboursés à partir de la masse totale en liquidation.

Afin d'éviter un affaiblissement des autres banques encore saines, l'étendue de ce système est limitée à 4 milliards de francs. Ce qui peut paraître limité, l'enveloppe semblant, au mieux, pouvoir garantir ce versement de 30000 francs à 133000 déposants. Mais, comme le rappelle l'Association suisse des banquiers, la priorité accordée aux déposants – ceux-ci passent avant les détenteurs d'obligations et la plupart des débiteurs de la banque – leur assure en pratique le remboursement du solde à concurrence de 30000 francs lors d'un processus de liquidation. Reste qu'il leur faudrait pour cela attendre l'issue de procédures judiciaires pouvant durer des années.

Les déposants de la plupart des banques cantonales bénéficient en outre de la garantie de l'Etat. Pour la BCGE, cette garantie du canton est partielle et porte sur les dépôts d'épargne et ceux de prévoyance, à concurrence de 500000 francs pour les particuliers. La BCV ne dispose pas d'une telle garantie de l'Etat, et celle de la banque cantonale de Berne est en phase de réduction. Le distinguo reste cependant tout relatif. Car le fait que l'Etat soit actionnaire d'une banque cantonale – à plus forte raison majoritaire – a impliqué par le passé son soutien de facto en cas de coup dur. Ce fut le cas lors de l'effondrement de la BCGE ou lors de la recapitalisation de la BCV.

A noter enfin que le système d'assurance des dépôts suisse reste moins protecteur que ceux existant aux Etats-Unis (100000 dollars), en France (protection de 70000 euros) ou en Italie (100000 euros).